"Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Message par Irlande/Erlina le Dim 6 Mar - 19:17



DOSSIER MEDICAL


• Nation représentée : Irlande
• Nom et prénom : Ó Ceallaigh Erlina
• Âge : (Age apparent) 29 ans
• Date d'anniversaire : 17/03
• Sexe : Femme
• Poids : 56kg
• Taille : 1m62
INFOS



RENSEIGNEMENTS 


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
Plus dans les mondes imaginaires.
• Avez vous une peur particulière ? :
Elle n'y a jamais vraiment pensé, mais, ce serait sûrement de perdre toute sa fratrie... Elle est l'aînée, elle se sent responsable d'eux et malgré tout, elle veut les protéger.
• Avez vous un objet fétiche ? :
A choisir, ce serait la croix celtique qu'elle porte autour du cou.
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
Lire, faire de la musique ou du sport, parfois chanter (plutôt quand elle est sûre que personne l'écoute), et rêvasser un peu n'importe où et n'importe quand.
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
Eh bien, Erlina joue de plusieurs instruments ; notamment de l'irish flute, de la harpe celtique (elle en possède toujours une, très ancienne), et du fiddle (soit violon). Elle aime beaucoup la musique donc n'hésite pas à en jouer, et bien sûr à chanter parfois.
De plus, elle est sportive et pratique activement le football gaélique, le hurling, le rugby bien sûr, ainsi que le football. Elle fait aussi de la natation (elle aime bien, ça détend), et a des bases en athlétisme et en boxe.
• Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement ? :
La lecture, bien sûr, et plus particulièrement les contes et légendes, le mystique et la magie. Elle aime aussi le calme, tout autant qu'elle aime se retrouver immergée au cœur de fêtes ou dans l'ambiance joyeuse des pubs irlandais. La calme s'accompagnant bien sûr de rêverie, les pubs et fêtes de beuveries et de papotages qu'elle apprécie également. Oh, et la demoiselle a sa fierté, alors elle aime gagner, et avoir le dernier mot.
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
Les trahisons. Vraiment, l'irlandaise n'aime pas être trahie. Mais, de manière plus générale, elle a vraiment du mal avec les pommes de terre depuis la Grande Famine du XIXème siècle – même si on en retrouve dans beaucoup de plats traditionnels irlandais – ainsi qu'avec les personnes trop arrogantes et égocentriques.






(558 mots)

Erlina, c'est une irlandaise, un petit bout de femme qui plafonne à un mètre soixante-deux et quelques cinquante-six kilo. Que du muscle, elle vous dira – mais la bonne nourriture a sa part de responsabilité dans ce poix. Ses muscles, présents donc, sont malheureusement pour le plupart cachés par quelques rondeurs au niveau des cuisses et des fesses, et un peu sur les hanches aussi. Elle est corpulente, avec des épaules carrées, des abdos en béton, une poitrine qu'elle juge souvent trop petite.

Erlina, elle a une peau blanche, une peau de rousse qui craint le soleil, avec des tâches de rousseur sur le nez et sur les joues, sur les épaules et sur le dos. Une peau pas forcément dénuée de cicatrices, mais des qu'elle essaye de cacher – pas par honte mais juste par envie de les garder pour elle, pour paraître forte. Une peau tatouée, parce que tatouer c'est ne pas oublier, garder avec soit des choses précieuses. Alors sur sa peau blanche aux cicatrices cachées, on trouve un trèfle à l'intérieur de son poignet droit, une nœud Dara sur sa cheville gauche, et une fée au creux de ses omoplates.

Erlina, elle a une chevelure de feu, du feu sombre qui s'éparpille autour de son visage ovale aux traits fins et marqués, aux joues encore un peu rondes. Des boucles rousses foncées réellement présentes que lorsque la demoiselle se retrouve trempée, des mèches lisses qui tombent de part et d'autres de son front, sans que ce ne soit une coiffure savamment étudiée – une crinière plutôt sauvage, en somme.

Erlina, c'est deux yeux verts feuilles, qui fixent et dévorent l'âme pour comprendre qui vous êtes, deux yeux qui ne parviennent à cacher ce qu'elle pense réellement. Deux yeux surmontés de sourcils un peu plus épais que ce que les femmes préfèrent, il est vrai, mais rien qui ne dénote sur son visage aux traits typiquement celtes. Visage complété d'un nez droit et un peu rond, et de lèvres fines aux sourires amusés.

Erlina, elle en a des sourires ; des cordiaux, des amusés, des compatissants, des plus tendres et des qui annoncent qu'elle va très clairement s'énerver. Des sourires souvent présents sur ses lèvres, discrets, parfois accompagné d'un rire haut et clair, pétillant de malice, de yeux qui s'illuminent, d'une voix forte et un peu grave, vibrante de ses émotions à elle.

Erlina, elle aime se faire jolie, tout de même – être bien habillée, propre sur elle. Pour le plaisir de se sentir bien. Elle porte des robes, des jupes, de la couleur et du motif, des pulls et des chemises – et puis de temps en temps, un pantalon, c'est sympa aussi. Elle se tient bien droite dans ses bottes, ses docs ou ses bottines. Elle n'est pas excessivement coquette, mais elle aime se sentir belle, se sentir à l'aise dans ses tenues.

Erlina, elle se tient droite, sans faiblir, en regardant les autres dans les yeux, le port haut et la tête droite. Elle ne montre pas sa peur ou ses craintes, Erlina, elle se montre forte et souriante, souvent. Elle met les mains sur les hanches quand la colère la hante, ronge ses ongles lorsqu'elle est soucieuse, soupire quand elle est blasée. Erlina, elle agit un peu comme elle l'entend et croyez-moi, vous risquez de la remarquer, la petite irlandaise.

(623 mots)

Erlina, c'est une bonne vivante. Elle aime boire, elle aime les rassemblements divers et joyeux, les rires qui s'élèvent et les sourires qui étirent les lèvres. Alors elle aussi, elle rit et elle sourit, avec joie ; parce que oui, elle est joyeuse, parfois, souvent – bien moins en ce moment, parce que peut de choses se prêtent réellement à la joie.

Erlina, elle est franche, elle n'hésite pas à s'exprimer, qu'importe si elle vexe ou blesse – il vaut mieux dire la vérité que la cacher. Elle est juste, honnête, droite, elle n'aime pas les trahisons, les dissimulations et le mensonge. Elle n'a pas peur des personnes face à elle, pas peur de s'exprimer, et tant pis pour les conséquences. Même si, parfois, vraiment, elle se retient – parce que ce n'est pas le moment, la situation ne s'y prête pas. Mais elle n'oublie pas, Erlina, elle n'oublie pas et se souvient.

Erlina, elle est fière, très fière. Et elle n'aime pas être blessée dans son orgueil, bien sûr – qui aime ça après tout ? Elle est fière, et elle est rancunière, la petite irlandaise. Elle retient et elle se venge, un peu mesquinement il est vrai ; mais ne faut-il pas qu'elle lave son honneur bafoué, sa fierté descendue à mal ? Elle lance des piques, parfois, peut-être un peu pour son plaisir de voir l'autre réagir, surtout un peu pour embêter. Oui, c'est une chieuse, disons le clairement – parfois, elle trouve ça amusant de faire sortir les gens hors de leurs gongs. De les voir changer sous la colère ou la gêne – sans vraiment se rendre compte que l'inverse est vrai, et qu'elle réagit souvent comme eux.

Erlina, sans peur ni crainte, Erlina est forte et le fait savoir. Elle ose, elle frappe, elle se bat, elle cogne et gueule si il y a besoin. Elle ne ménage pas son adversaire, quel qu’il soit, ne mâche pas ses mots ni retient ses poings. Elle sait faire preuve d'autorité, n'hésite pas à l'utiliser. Elle est colérique, susceptible, diront certains – mais peut-être n'est-ce qu'un masque pour dissimuler son inquiétude, son angoisse. Même si elle s'emporte, veut crier plus fort que l'autre à côté, elle a pourtant de grands moments de calme, où on peut la voir paisible et tranquille.

Erlina, elle est calme, tranquille, oui. Pas tout le temps, mais elle aime ça, le calme, ça lui permet de rêver. C'est une grande rêveuse, le genre de rêveuse qui veut croire en tout sans avoir preuve de rien. Elle est rêveuse, et elle est passionnée, Erlina. Quand elle aime quelque chose, elle le montre ; passionnée et fascinée. C'est son cœur de musicienne, un peu plus sensible peut-être, qui parle – c'est possible.

Erlina, pourtant, c'est une bonne amie, le genre qui viendra vous aider pour un déménagement ou qui vous payera volontiers un coup. Elle est accueillante, en réalité, pas vraiment gênée d'aider, prête à écouter si il y a besoin. Elle a l'oreille attentive, même si pas forcément les conseils qui vont avec ; elle est présente lorsqu'il faut épauler et donner un coup de main, sans forcément le demander. Elle est confiante, la petite irlandaise, souvent trop et sans le montrer.

Erlina, elle le cache mais elle plutôt tendre, plutôt aimante. Elle dissimule certains de ses sourires et cache son amour, mais ils sont là, bien présent. Erlina, c'est une grande sœur, et malgré tout elle aime ses cadets – bien que trop souvent l'Histoire se soit interposée pour qu'ils aient de bonnes relations, tous. C'est idiot, mais c'est certainement les seuls qui arrivent à la faire pleurer, à la faire se sentir réellement mal – la famille, c'est important, et ils sont la sienne.



• Pseudo : Aelig/Sido
• Age : J'suis majeure esh
• Depuis combien de temps RP vous ? Eeeeuuuuuuh.... Un an et demi environ, sur fo owo
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Alors.... C'est la faute à, je cite, France, Italie du Nord, Espagne, Écosse, Pays de Galles, Russie, Irlande du Nord (oui oui je t'inclus, même pas honte). Voilà. Entièrement leur faute. J'suis innocente m'sieurs dames.
• Code du règlement :(validé - winkwonk )
• Des commentaires ? Ce forum est beau. Et cool. Et j'aime les UA. Puis y a plein de gens que je nem. Donc voilà. Love u guys <3
Et toi ?



"L'espoir c'est ce qui meurt en dernier"





Histoire


(449 mots)

Irlande avait râlé, avait protesté, avait voulut rester. Mais face à ses dirigeants, elle n'avait pu que s'incliner, et cela lui restait en travers de la gorge. Elle n'avait pas eu le choix, certes ; mais elle ne l'acceptait pas pour autant.
La mettre à l'écart, comme ça. Sans raison.
Sans raison pour elle, bien sûr.

(Non, vraiment, elle ne comprenait pas pourquoi cet institut, pourquoi l'envoyer loin alors qu'elle était plus utile au sein même de son peuple)

Ses dirigeants ne diront pas que c'est son habitude de trop dire, tout le temps, d'être trop franche, de trop critiquer et s'opposer qui les ont convaincu.

Éloigner les nations... Quelle folie. Quelle bêtise. Quelle erreur. Il n'y avait qu'eux pour réellement comprendre leur peuple, puisqu'il le représentait, n'est-ce pas ? Alors comment comptaient-ils faire tourner le pays en les éloignant ? Ça n'avait aucun vraiment aucun sens. Ça l'énervait, l'agaçait.

(Était-elle donc si inutile que cela, alors qu'elle essayait d'agir toujours pour le mieux ? Ne  commettait-elle que des erreurs depuis le début, se fourvoyant sur l'ensemble des choses et des affaires qu'elle avait eu entre les mains ?)

Elle ne comprenait pas cet institut. Ne l'aimait pas. Elle, d'habitude prompte à donner sa confiance, ne se sentait pas toujours à l'aise ici.
Et puis, elle se sentait parfois mal vis-à-vis de son peuple – elle avait l'impression de le trahir et d'être trahie par lui. C'était étrange, peu agréable.
Elle ne pensait pas qu'on puisse ressentir une chose pareille, un jour – mais pourtant c'était le cas actuellement et elle n'aimait pas vraiment.
Elle n'aimait pas être éloignée de son pays, c'était un fait. Se retrouver au fin fond des USA la déstabilisait, l'ennuyait.

(Pourtant... Peut-être était-ce une bonne chose... ?)

Son arrivée à l'institut... ? Elle était plutôt méfiante, étonnement. Ne prenait pas forcément tout le temps les médicaments donnés. Elle ne voulait pas parler de son Histoire, non plus. Parler des autres nations, de ses relations avec eux, pourquoi pas ? Elle prenait plaisir à retrouver certains de ses compatriotes, comme à chaque fois qu'ils se croisaient ; mais ce qu'elle avait vécue en tant que nation, c'était autre chose.

(C'était parfois trop douloureux d'y penser, n'est-ce pas ?)

Et maintenant... Maintenant, elle parle, parfois. Mais elle s'est un peu enfermée, dans son imagination, c'est vrai, pourtant elle reste la même – ou du moins le tente au maximum. Elle a mit dans son habitude de prendre ces médicaments – elle peut tellement mieux rêver avec ! Cela paraît si réel ! Mais elle tente de rester telle qu'elle est et a toujours été – peut-être qu'elle reste malgré tout un peu attachée à son passé...


"The real battle's just begun"


Dernière édition par Irlande/Erlina le Dim 6 Mar - 20:06, édité 1 fois
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Message par Espagne / Antonio le Dim 6 Mar - 19:22

Salut la rousse c:

*prépare le bûcher à sorcière*
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Message par Irlande/Erlina le Dim 6 Mar - 21:04

Merci à vous ♥

Espagne, n'essaye même pas.

(Et Gareth, je l'ai vu ton cœur c:)

La fiche est finie o/
(J'espère que tout est bon ;w;/)
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Message par Staff le Dim 6 Mar - 21:19

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Digitale, et tu iras donc dans l’aile n° 3,chambre n°8.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 20 en raison de la promotion actuelle.
Ta jauge de conscience est de 60%

Tu dispose donc également de 4 Univers Alternatifs et 5 Périodes Historiques à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.  

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Il faut rire avant d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri" [Proverbe irlandais] | Irlande

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum