Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Hongrie / Erzsébet le Sam 12 Mar - 14:11



DOSSIER MEDICAL


• Nation représentée : Magyarország, la Hongrie
• Nom et prénom : Héderváry Erzsébet (Elizaveta pour ceux qui ne savent pas prononcer ou qui n'ont pas peur d'avoir mal
• Âge : (Age apparent)  26 ans
• Date d'anniversaire : 20 aout
• Sexe : Féminin
• Poids : 57 kg
• Taille : 1m60
INFOS



RENSEIGNEMENTS


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
"Franchement, le passé il est bien ou il est c'est à dire, derrière"
• Avez vous une peur particulière ? :
"En général je préfère considérer que je n'en ait pas. Vous savez l'égo, tout ça. Mais de toi à moi, si tu ne le repètes pas, j'ai peur d'être enfermée. Je ne suis pas claustrophobe. Mais j'ai peur qu'on m'enferme"
• Avez vous un objet fétiche ? :
"La fleur que je porte la, tu vois ? A la base j'allais régulièrement chercher des fleurs a Balaton pour mes cheveux, puis j'ai plus eu le temps, alors j'ai acheté celle la. Elle représente toujours Balaton pour moi et la promesse d'y retourner dès que j'ai le temps"
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
"Alors c'est vraiment tout con. Je fais des photos de plein de choses, je cuisine, je lis, je sors voir les autres si ils ne me cassent pas les pieds, j'écoute des chansons tristes"
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
"Je nage bien, je me bats bien, je gratte un peu, je fais des belles photos, je fais un rubiks cube en une demi minute à peine. Et je suis hongroise. En soi c'est un talent"
• Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement ? :
"La natatation, la photographie, l'équitation, le Rubik's cube, les echecs, le paprika, le baby foot, les bains, les pâtisseries, les buli, le cheval, le porn, les chansons tristes, les enfants, l'alcool, la liste est longue tu sais, y'a plus de trucs en vrai, mais j'ai pas tout en tête"
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
" Roumanie, des slaves dont Russie, Turquie, en gros tout ceux qui m'emmerdent. Je n'aime pas qu'on me contredise, surtout quand je sais que j'ai raison. Les gens qui confondent Bucarest et Budapest. Ceux qui ne trinquent pas aussi"






08 : 30

Désolé pour hier soir, d'avoir fini a l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans dans le brouillard
Les gars désolé pour hier - Trÿo

Reveil. La belle endormie tombée du lit, pas du matin, pas une seconde. L'oiseau de nuit, elle sort, elle aime sortir, faire la fête. L'alcool, la danse, les rires, toutes ces choses qui la grisent l'espace d'un instant, ou elle peut jouer les feux follets. La tête lourde, elle récupère, elle n'aime pas se lever trop tard cependant. La nuit n'est pas faite pour se reposer, la nuit est faite pour être une extension du jour, plus frivole, plus vive. Le pas lourd sur le parquet, le matin est une routine, la première épreuve de la journée. Elle avait bu, encore, car dans l'action l'enivrement va bien. Parce qu'elle oublait qu'elle aussi elle était vielle et avait des lourdes responsabilités. Le matin tout retombait, elle était de nouveau lourde, elle était de nouveau tenue de se démener. Mais avant il fallait aller courir.

9 : 38

She keeps on running running running
From this crazy life
She keeps on running running running
Never sees the light - Kallay Saunders András

Budapest n'avait aucun secret pour elle, elle s'y sentait bien, comme partout sur son territoire, mais les villes n'avaient jamais été son lieu de prédilection. Ses jambes avaient un mouvement de balancier regulier, tout son corps, son esprit étaient sollicités par la course. Elle s'y complaisait. Comme pour l'équitation ou la natation elle ressentait un grand plaisir à courir, elle en avait besoin, cela lui permettait de souffler. Le sport était aussi vital pour elle que boire ou manger. Addictif aussi. Le plus souvent elle prenait ce temps du matin, seule, avant d'attaquer la journée.


10 : 45

My house in Budapest
My hidden treasure chest
Golden gran piano - Georges Ezra

En rentrant elle se doucha. L'eau était un de ses éléments. Puis, elle s'installa, pris son appareil photos, regarda les nombreux clichés pour faire du tri. D'une main distraite, elle attrapa son rubik's cube qui était reconstitué a l'originale pour faire avec, sur une des faces le drapeau Hongrois. Elle aimait avoir de nombreuses distractions, des jeux d'esprits ou moins intelligents. Elle aimait jouer aux échecs, souvent avec les mêmes adversaires. La photographie occupait également beaucoup de son temps, elle avait même installé une  dans son appartement, pour développer les clichés. Elle avait toute sortes d'appareils photos, la hongroise. Elle savait s'occuper seule, ce n'était pas une cruche, ce n'était pas juste une grosse brute qui se donne des airs de dame avec sa fleur dans les cheveux. Il n’empêchait qu'elle adorait voir du monde, rire, parler, mais elle avait ses instants à elle, chez elle.

11 : 58

This is a man's, man's, man's world
But it would be nothing, nothing
Without a woman or a girl - James Brown

La hongroise cuisinait. Cela arrivait qu'elle sorte manger, mais cuisiner était une activité qui lui plaisait. Autant elle n'aimait pas qu'on associe le fait d'apprécier avoir le  contrôle de cuisine a sa condition de femme, autant elle n'était pas vraiment féministe. Elle râlait sur les machos, elle leur faisait comprendre sans retenue qu'elle n'appréciait pas - car la dame pouvait être qualifiée de grande gueule et de brute par moment - mais elle ne militait pas. Gouailleuse, sarcastique, exubérante, flamboyante, en société elle ne passait pas inaperçue. Elle ne voulait pas passer dans la vie de tout les jours comme quelqu'un avec un charme particulier, elle était la bonne pote. Après tout cela il fallait quand même noter qu'elle aimait particulièrement les enfants, sans que ce soit lié a un instinct maternel. Cela attendrissait un peu l'air de gueuse qui n'accepte pas un instant la critique qu'elle se donnait. Car oui, madame était fière, madame était têtue, et madame n'acceptait pas qu'on lui dise qu'il serait mieux de faire autrement...

12 : 17

And we'll never be royals
It doesn't run in our blood
That kind of lux just ain't for us - Lorde

Sortie de table. Elle était en tenue de maison, elle avait encore les mains sales de fruit et dans ses cheveux s'étaient accroché une fragrance de cuisson, quelque chose qui serait amené a disparaître au grand air. La gueuse. Elle s'en foutait d'être en tenue décontractée, de ne pas être maquillée et d'avoir peu de bijoux. Elle était petite, lourde, a la fois solidement musclée et un peu grasse. Elle ne se mettait jamais dans les postures les plus féminines spontanément, elle avait l'air de rien, elle ne voulait pas vraiment être belle. Oh elle était capable de l'être, mais finalement, elle avait gardé de toute sa période médiévale cette idée que le fait que les gens la considèrent comme une femme pourrait lui nuire.

14 : 35

She lives in a world of fairy tales
Her lovely hair and only pearls. - Omega

Elle était sortie, elle devait passer voir quelqu'un et avec donc fait un petit effort. En général on pouvait considérer qu'elle s'habillait bien avec son propre style. Aucune couleur ne jurant avec une autre, sa garde robe faisait parfois un peu bohème. Par contre elle ne prenait pas forcément en considération ses formes pour les mettre en valeur. Ce qui était le mieux mis en valeur dans sa personne était sa chevelure, une cascade bouclée interminable, des cheveux épais, bruns. Elle y portait toujours une fleur, qui avant changeait très régulièrement puisqu'elle prenait de vraies fleurs et maintenant était juste une pince qu'elle accrochait, en souvenir de cette époque. La hongroise entretenait bien cette crinière folle, elle ne la gardait pas non plus lâchée en permanence...

19 : 47

Lady of the Night
Let me see your light
Lady of the Night
Hold me, hold me tight - Locomotiv GT

Elle avait passé l'après midi entre son gouvernement et un bar dans lesquels ils avaient un baby foot et de la bonne bière. Bien que le jour avait eu le temps de décliner, il n'était pas encore pour elle l'heure de rentrer. Lorsqu'elle marchait dans les rues, les réverbères se reflétaient sur sa peau claire qui se hâlait peu. Ses yeux verts profitaient également de cet éclairage. Tout changeait d’image dans la nuit. Mais de jour ou de nuit, tout le monde pouvait s'accorder sur le fait que son visage était harmonieux avec ses sourcils bien tracés, ses yeux clairs, ses lèvres pleines, avec ou sans maquillages. Elle n'avait pas une peau parfaite, celle ci ayant quelques aspérités, mais au global l’ensemble ne faisait pas se détourner les yeux lorsqu'on la considérait. La hongroise n'était pas des filles les moins poilues non plus, au global, mais cela aussi, elle y faisait attention. Hormis les quelques fois ou cela ne la dérangeait pas de passer comme la femme des cavernes avec des cheveux hirsutes, un air massif de camion et velue comme une bête, généralement elle faisait quand même un minimum attention quand elle sortait. Car on ne se défait pas facilement de l'idée qu'une femme est tenue de bien présenter un minimum...




• Pseudo : Cro.
• Age :  la majorité tsais
• Depuis combien de temps RP vous ? Beaucoup trop
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Ben comme tout le monde
• Code du règlement : Je suis dispensée !
• Des commentaires ? Croatie n'est mentionné qu'une fois dans cette fiche.
Et toi ?



"Les bras tout chargés de fleurs
Je suis entré dans notre chambre le coeur las
Car je savais déjà que tu ne viendrais pas"





Histoire



"En vrai ce n'est pas de la faute de Orban. Un peu quand même mais pas totalement. Genre on est tous malades. Si je vais la bas, je vais faire une reconstitution de "Vol au dessus d'un nid de coucous", je suis sure. Ca à l'air d'être une idée amusante"

Bien sur, Erzsébet, qui n'aime pas qu'on lui dise quoi faire, qui prend les devants histoire de ne pas perdre la face au cas ou Orban changerais d'avis. Elle avait trouvé toutes les bonnes raisons possibles de quitter Budapest, de quitter son pays en général de quitter son cheval et elle était partiel, comme ça, sur un coup de tête. En décidant que les gens lui manquaient, qu'elle avait entendu ce qu'il se passait et vu que certains dans son gouvernement la regardaient avec la pensée de la dégager. Donc elle avait calmement fait sa valise, pousser une petite gueulante a l'attention de ceux qui l'administraient et partir la tête haute.

You are in pain
Take your life, take your life
With cocaïne - Nomy

"C'était pas pire que ce que je pensais. C'était pas l'asile des fous dangereux, c'était plutôt comme l'asile des vieux séniles"

Elle avait posé ses affaires la ou elle avait pu, on lui avait retiré l'instant d'après. Son ordinateur avec d'innombrables clichés photographiques, envolé, et elle qui lutte, qui hurle comme si on lui avait arraché un membre, qui se change en furie parce que de tout ce qu'elle a apporté elle ne garde presque rien. Les médecins la maîtrisèrent vite parce que cette violence vient de la rage de l'impuissance, elle n'est plus à même de réfléchir, elle ne cherchait qu'a cogner, cogner jusqu'à faire mal, de rage d'être juste impuissante, de ne pas avoir été prévenue.

Puis ce furent les cachets, au début pris comme des calmants, pour elle qui avaient les nerfs a vif. Elle avait reconstruit sa vie doucement, d'abord a l'écart, parce qu'elle ne se soumettait à rien, elle allait ou elle voulait, elle était et avait toujours été un électron libre. On ne la mate pas, du moins a ce qu'elle pensait. Mais les cachets qu'elle prenait la réduisait, endormaient sa volonté d'aller toujours braver les interdits. Jusqu'à un point ou elle vint elle même à penser qu'elle était malade, qu'elle avait besoin de ces médicaments, qu'ils faisaient passer un mal être établi par ses tentatives de rébellion. La hongroise construisait une routine ici, de plus en plus.

Je suis une poupée de cire
Une poupée de son - France Gall

"T'avais cru qu'elle se sentirait trop mal ici, l’éternelle rebelle. J'crois bien que tu t'es trompé"

Voir d'autres personnes lui faisait du bien finalement. Tout ces autres qu'elle avait connu devant qui elle essayait de ne jamais perdre la face. Le groupe des trois idiots, les autres crétins de l'est, l'ex mari... Elle avait retrouvé un petit train de vie avec les choses qu'elle aimait faire surtout avant. Mais cela ne l’empêchait pas d'avoir toujours des espèces d'hallucination, passer beaucoup de temps à se croire ailleurs, loin d'un monde ou elle tenait les actuels dirigeant pour ces genre de tocards qui peuvent pas s'occuper d'un pays correctement et qui sont obligés d'aller les envoyer se faire baby siter ici. En tout cas, si elle ne posait plus de problème ici, inutile de préciser qu'elle n'avait pas perdu de sa verve piquante...


"Et j'ai chanté des mots d'amour et de douleur.
Je suis resté tout seul et j'ai pleuré tout bas
En écoutant hurler la plainte des frimas..."
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
15/100  (15/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Espagne / Antonio le Sam 12 Mar - 14:31

HO YEAH TOI.
BONJOUR TOI.
TE QUIERO TOI.

*slapbutt*

Welcome à toi mon camion.
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Angleterre / Arthur le Sam 12 Mar - 14:40

Oooohhhh yeaaahhhh je kiffe les images. GG
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Prusse / Gilbert le Sam 12 Mar - 14:42



(non pas du tout)

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

_________________
NATION, ARMY

   
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
45/100  (45/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://del-ightful.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Staff le Sam 12 Mar - 17:38

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Ancolie, et tu iras donc dans l’aile n° 1,chambre n°5.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 40
Ta jauge de conscience est de 15%

Tu dispose donc également de 8 Univers Alternatifs et 1 Période Historique à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.  

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Italie du Nord/Feliciano le Sam 12 Mar - 17:50

Bienvenue !!
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
28/100  (28/100)
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCKLcoO3VSnCwpmFRtFpN2KQ

Revenir en haut Aller en bas

Re: Szomorú Vasárnap || Sombre Dimanche

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum