Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Message par Espagne / Antonio le Sam 26 Mar - 18:28

Environnement général : Tout est comme le monde actuel à part le fait qu'il existe des gens avec des ailes et d'autres pas. Il n'y a aucun pouvoir magique, c'est simplement la génétique qui fait qu'ils ont des ailes ou non. Les gens avec des ailes sont discriminés mais tout ça sera développé dans nos rp-post!
Âge :31 ans
Physique :Le même à part qu'il a l'air un peu plus vieux et qu'il est plus musclé.
Caractéristiques :C'est un humain normal mais c'est le PDG d'une grande firme transnationale connue dans le monde entier. Il détient une énorme fortune et pourtant reste fidèle à ses origines modestes.
Autres : BOUM CRACK THE SOUND OF MY HEART (help ça sent les feelz ce rp)




   
Monsieur Carriedo et le Vargas ailé

 

▬ «  Maman, maman moi aussi un jour je volerai comme toi!  »

L'enfant s'agita autour du lit de ses parents en sautillant, imitant des ailes de ses bras ce qui fit rire ses parents. Son père attrapa son fils par la taille et le fit s'asseoir entre ses deux parents, ôtant un tendre sourire à la mère. L'ambiance était à l'innocence et pourtant le sujet était quelque de chose de sérieux et de grave en soit; Mais pourquoi inquiéter un petit garçon plein de vie comme l'était le petit Antonio à peine âgé de 4 ans?Il était encore trop pur, trop insouciant pour faire face à la cruauté de ce monde.

Le petit brun détailla sa mère de ses grands yeux verts pétillants de vie et posa son visage dans une des ailes de sa mère, en appréciant le doux toucher de ses plumes contre sa peau. Des ailes, toutes blanches, contrastant avec la peau olive et les cheveux ébènes de sa jeune mère. C'était si joli, si doux des ailes alors pourquoi les gens ailés étaient si discriminés?Pourquoi dans certains pays, ils avaient moins de droits que les autres, pourquoi étaient-ils prisés pour leur arracher les ailes pour les vendre au marché noir, pourquoi avaient-ils d'après certains moins d'importance, pourquoi étaient-ils considérés comme des pouilleux, gens non-fréquentables?Mais ça le petit Toniño ne le réalisait pas encore. Il était bercé dans l'amour de ses parents et c'est tout ce qui lui importait. Il tait heureux comme ça, tout simplement. Mais après un certain temps, il releva le visage pour croiser le regard de sa mère, il esquissa un léger sourire et prit sa délicate main pour la poser sur sa propre joue.
 

▬ «  Maman, je veux que pour mon anniversaire, les médecins te guérissent!  »

Un sourire plus froid, crispé se fit apparaître sur la bouche des deux parents mais leur fils ne s'en soucia pas; un sourire restait un sourire. La mère caressa la joue de son petit tendrement alors qu'elle l'entoura de ses ailes comme pour le protéger d'un mal invisible. Ils étaient modestes, et la banque ne voulait pas leur prêter de l'argent pour payer les soins de la femme Carriedo; parce qu'elle était ailée. Mais ils ne pouvaient pas se permettre de dire quoique ce soit à l'enfant qu'était Antonio à cette époque. Trop innocent, trop...

....

 

▬ «  Monsieur Carriedo, réveillez-vous!  »

Il sursauta, releva la tête du bureau sur lequel il s'était endormi. Il regarda autour de lui, presque paniqué et se donna quelques petites claques pour se réveiller. Il papillonna des yeux quelques secondes avant de relever le regard sur sa secrétaire mécontente qui tapait le sol du pied en battait l'air de ses ailes noires. Il esquissa un sourire désolé, se remettant doucement de ce rêve remontant à un passé qui lui paraissait si lointain. En voyant qu'elle garda ce même visage énervé même après le magnifique sourire qu'il venait de lui faire, il se contenta de soupirer longuement en se grattant l'arrière de la tête, gêné. Elle avait quelque chose à lui reprocher alors il attendait sa sentence. On aurait plutôt cru qu'en tant que directeur, il aurait été le premier à lui crier dessus pour lui demander de partir mais ce n'était pas son genre.
 

▬ «  Monsieur Carriedo, il est 21h35. Et une voiture de l'association "Fly away" arrive chez vous avec l'ailé que vous êtes censé recueillir dans très exactement...34 minutes et 47 secondes. Avec la circulation dense, je ne sais pas par quelle magie pour aller être à l'heure. Et ne penser même pas à ce que je puisse vous y amener en volant.  »
 

▬ «  Oh allez Caroline, vous l'avez déjà fait un million de fois au moins!Et c'est important ce soir!!Si j'arrive en retard, ils ne vont jamais me laisser accueillir un ailé.  »
 

▬ «  C'est votre problème, vous n'aviez qu'à pas vous endormir.  »
 

▬ «  Caroliiiiiiiine...  »

Il lui fit le coup des petits yeux de bébé chien. Ceux qui marchent toujours pour la faire craquer. Elle croisa son regard pendant quelques secondes et lâcha un petit grognement en roulant des yeux. Elle craquait. Prenant un air faussement embêté, elle soupira:Il lui fit le coup des petits yeux de bébé chien. Ceux qui marchent toujours pour la faire craquer. Elle croisa son regard pendant quelques secondes et lâcha un petit grognement en roulant des yeux. Elle craquait. Prenant un air faussement embêté, elle soupira:
 

▬ «  D'accord mais seulement pour cette fois-ci alors. C'est la dernière.  »
 

▬ «  Si si...~  »

Toujours le même discours et pourtant c'était la même scène à chaque fois. Jamais les deux n'apprendront bien qu'ils n'aient pas réellement envie que quoique ce soit change entre eux. C'était une petite routine qui leur plaisait au fond. Tout deux mirent leur manteau et prirent leurs affaires avant de monter sur le toit du grand building. New York...cette ville était clairement magnifique la nuit. Toutes ses illuminations, surtout vu d'en haut, s'en était à couper le souffle. Antonio fit craquer ses doigts, certes nerveux mais surtout excité à l'idée de parcourir la Grande Pomme du haut des cieux. Il sentit sa secrétaire entourer sa taille de ses bras et il s'accrocha à elle par la même occasion. Le bout des pieds dans le vide, Antonio respira un grand coup avant de se laisse tomber, soutenu par Caroline. Pendant quelques secondes, ils tombèrent en chute libre jusqu'à ce que l'ailée redresse les ailes, les faisant remonter d'un seul coup. Antonio lâcha un hurlement pareil à ceux des gens dans un montagne russe et la blonde continua son chemin en souriant, amusé par le caractère enfantin de son patron.

Après une dizaine de minutes de vol, ils se posèrent enfin devant la villa d'Antonio. Après les aurevoirs, il se dépêcha de traverser son jardin en courant et entra en se déshabillant jusqu'à sa chambre. Une tenue décontractée, il lui fallait mettre une tenue décontractée. Il jeta son costume dans son panier à linge et opta pour un pull à col v rouge avec un jean retroussé au dessus des chevilles et des mocassins. Parfait. Il fit le tour rapide de sa maison, voir si sa femme de ménage avait bien tout lavé et rangé comme il lui avait demandé. Parfait. Et sa cuisinière?Il alla regarder dans le frigo; plein de bons petits plats et oh, une bouteille de vin. Un grand cru en plus de ça. Parfait. Tout était parfait.

Mais la sonnerie le fit sursauter. La voiture était arrivée. Bon sang. Il respira un grand coup, et alla ouvrir la barrière. Rapidement, et remplit d'un enthousiasme certain, le stress lui mordilla cependant l'estomac. Une dernière inspiration et il sortit, accueillir la voiture et surtout son invité.

   
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Message par Italie du Nord/Feliciano le Sam 26 Mar - 20:55

Feliciano Vargas & Antonio Fernandez Carriedo
Let Us Fly Away



-Vous êtes recalé.

Le dossier dans les mains tremblantes, la boule dans la gorge, la déception dans le regard. C'était à attendre, oui : s'en était même prévisible, tant le scénario se répétait. Il entrait dans le bureau du recruteur. Il s'asseyait. Il y avait toujours un moment de silence, l'employeur le regardant avec cet air hautain, l'air qui dit "Vous êtes surement très courageux, mais très idiot : vous savez bien que c'est mort, et ce depuis le départ". Et puis la sentence tombait : "vous êtes recalé". Et Feliciano n'avait pas même encore dit un mot, pas même encore tendu son dossier. On lui refusait tout travail dès l'instant même où l'on posait les yeux sur lui, pour la même raison à chaque fois. Et pourtant, à chaque fois encore, la question sortait de ses lèvres :

-Pourquoi ?

Et à chaque fois cette même réponse, ce même petit sourire de suffisance.

-C'est pourtant évident. Les gens comme vous sont destinés à être coursiers, transporteurs, nettoyeur de carreau. Mais certainement pas restaurateur de tableaux.
-Pourquoi ?


Il n'avait jamais compris cet air d'ennui profond sur le visage des employeurs. Il avait l'impression d'être un enfant, à qui on devait expliqué une évidence pour la cinquantième fois. Pourtant, cela n'avait rien d'évident : leur logique était mauvaise, fausse, ignoble : comment ceci pouvait-il être évident ? Le racisme était il évident, en soi ? Alors soit on lui riait au nez, soit on lui expliquait à nouveau la cruauté dont était faite le monde.

-Vous avez des ailes. Les humains, gens honorables que nous sommes, n'en avons pas. Il est donc évident que vous, êtres injustement ailés, preniez les boulots de corvée concernant les transports, et les cargaisons.
-Pourquoi mes ailes m'empêcheraient elles de vivre ma passion ? Vous le faîtes bien, vous.


Un poing sur la table, un bruit retentissant : Feliciano se fit tout petit dans sa chaise, ses ailes d'Alauda leucoptera se refermant un peu sur lui, dans un but de défense relevant du réflexe plus que de la raison. La vue même de ces ailes énervait toujours l'employeur qui s'empressait de cracher son venin, douloureux, laid, brûlant.

-Si vous n'êtes pas heureux, petit insolant, pourquoi ne les avez vous pas donné ?! Savez vous combien cela vaux, une paire d'ailes ? C'est chère. Ma boîte pourrait rénover sa cafétéria ET l'intégralité de ses bureaux, avec des ailes pareilles ! Mais vous, les ailés, vous êtes trop imbéciles pour comprendre ce qu'elles valent : vous les gardez injustement pour vous, et vous pensez encore que vous pouvez jouir des mêmes privilèges que les autres ?!

Ca fait mal. Non seulement ces paroles, mais aussi l'idée même de se faire retirer les ailes. Les traditions dans ce pays sont affreuses : on pourrait bien leur demander de faire ceci gentiment, avec anesthésie : l'idée de donner deux membres de son corps pour rentrer dans la société est déjà suffisamment dégoûtante. Mais non : .le pays à son arène, ou plusieurs personnes se réunissent pour voir, tous les mois, des ailés venir se faire arracher les ailes avec douleur, hués par toute une foule, perdant son bien le plus précieux, ainsi que sa dignité. Seul les ailés poussés à bout en arrive à là : mais l'idée même fait pâlir Feliciano. Jamais il n'en viendrait à ceci, non.

-D'ailleurs : peut être que je peux changer d'avis. Peut être que, en échange de votre don d'ailes, je pourrais vous offrir ce job.

Encore cette demande. Encore ce papier doucement glissé sur le bureau, encore ce "signez dans le blanc", ce "je soussigné ________ donne mes ailes à la société ______, afin que celle ci puisse m'offrir à l'arène et les vendre une fois l’acquisition de celles ci faîtes, en échange du poste de ________ dans la-dite société." Il y avait le droit à chaque fois. Combien de gens y avait succombé, par peur de ne jamais trouver un travail qu'ils aimeraient ? Feliciano se levait, disait au revoir, poliment, et s'enfuyait à chaque fois. Il se faisait rattrapé à chaque fois, mettre au sol à chaque fois. On lui hurlait dessus. Il était parfois même arrivé qu'on sorte un couteau pour tenter de faire le travail soi-même. Feliciano réussissait à fuir, à chaque fois passant par une fenêtre pour s'envoler. Feliciano rentrait chez lui à chaque fois pour pleurer. Feliciano, à chaque fois, regardait la carte du monde avec envie, caressant les nations des doigts.

-Ce pays est pourri. Il faut que je parte d'ici.



Et ainsi Feliciano quittait la maison de son grand père, une semaine plus tard. Le strict minimum en main -une petite valise brune avec quelques vêtements, un peu d'argent, et un calepin-, il embarquait sur le bateau de la société Fly away, qui organisait des immigrations clandestine : du moins étaient elles illégales dans le pays où il se trouvait, mais le lieu d'arrivée, au moins, les autorisait. On ne pouvait pas effacer le racisme juste en changeant de pays, et Feliciano savait qu'on ne lui offrirait pas du travail les bras ouvert une fois sur le sol. Mais au moins, on essaierait pas de lui arracher son corps. Ce n'allait pas être facile : il se savait. En général, les généreuses personnes qui acceptaient de partager leur maison avec un ailé le temps que celui ci trouve du boulot étaient très pauvres, et demander que l'on s'occupe de quelques corvées en échange. Mais au moins y avait il possibilité qu'on le lui demande avec un sourire, et c'était tout ce dont il avait besoin.

A l'arrivée, il fut placé dans une voiture, avec une femme en tailleur noir, très professionnelle, qui regardait quelques dossiers volumineux, dont la taille l'intimidait déjà. Un simple signe de tête en tant que bonjour, puis quelques regards parmi les feuilles. L'italien ailé prit peur lorsque la femme afficha une expression de surprise. Qu'allait-il lui arriver ? Allait-il finir chez un proxénète ? Allait-il être mit en esclavage ? Vendu ? Tué sur place ? La voix même de cette femme le fit sursauter, mais ses paroles, elles furent complètement inattendues.

-Feliciano Vargas, c'est cela ? Vous êtes l'immigrant le plus chanceux de notre société.

Elle n'avait pas menti. Là où certains se retrouvaient placés dans des petits lofts avec quelques gens louchent qui avaient la flemme de faire le ménage, lui s'était vu accordé la chance la plus inouïe qui soit. L'italien avait l'expression d'un poisson rouge, bouche et yeux grands ouverts, devant l'immensité de la villa devant laquelle sa voiture s'était arrêtée à la fin du voyage. L'homme était riche. Riche aux as. Cela cachait-il quelque chose ? C'était louche. Bien trop louche ! L'agent de Fly Away se tourna vers lui, lisant le dossier qu'elle tenait avec elle.

-Vous vivrez chez monsieur Fernandez Carriedo. C'est le volontaire au partage de maison qui a les plus gros revenus.

En voyant la peur gravée sur son visage, elle préféra ajouter :

-Casier judiciaire vide, sauf peut être deux trois PV pour mauvais placement de voiture. Cela nous arrive à tous.

Pas à Feliciano. Il n'avait pas de voiture. Il volait. Mais cela n'avait aucune importance sur l'instant. On le fit sortir du véhicule. Au même instant, un homme dans sa trentaine, mais à l'air plutôt jeune, descendait les marches de sa villa afin de les accueillir. Il avait un visage de plus chaleureux, et on pouvait, par un simple regard, le définir comme une personne de pure gentillesse. L'agent de Fly away s'avança, tendant sa main.

-Je me nomme Emmanuelle Ramirez. Je suis venue vous apporter Feliciano Vargas, l'ailé dont vous prendrez soin jusqu'à ce qu'il trouve un travail.

Feliciano Vargas avait le plus grand sourire du monde : un sourire qu'il n'avait pas eu depuis bien longtemps.

-Je suis Feliciano Vargas ! Enchanté de vous rencontrer ! Prenez soin de moi, s'il vous plaît !

.

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
28/100  (28/100)
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCKLcoO3VSnCwpmFRtFpN2KQ

Revenir en haut Aller en bas

Re: Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Message par Espagne / Antonio le Mer 30 Mar - 9:44


   
Monsieur Carriedo et le Vargas ailé

Impatient et son coeur battant à la chamade, Il détailla les deux individus avec son grand sourire habituel; il y avait cette femme en tailleur, soignée de pas son apparence. Il ne lui fallut pas longtemps avant de deviner qu'il s'agissait d'un employé de l'agence Fly away puis son regard se posa sur son futur colocataire; un jeune homme avec des grands yeux ambrés pétillants de vie, plutôt maigrichon, et avec l'une des plus jolies paires d'ailes qu'il avait eu l'occasion de rencontrer. Peut-être était-il resté trop longtemps à le fixer lui et surtout ses ailes. Il n'avait pas vraiment fait attention. Même si dit comme ça c'était étrange.

Il devait, pour sûr faire, bonne prestance autant pour rassurer l'ailé qu'il n'était cet horrible stéréotype de l'homme riche et ingrat mais aussi pour assurer l'agent qu'il était digne de garder un ailé chez lui. Il écouta les deux se présenter à lui, avec cet air chaleureux, toujours très agréable. En prenant la main que lui tendît la dite Emmanuelle, il lui répondit avec la même politesse:
 

▬ «  Enchanté. Je suis Antonio Fernandez Carriedo.  »

Même si il savait son nom connu dans le pays, et surtout qu'il était évident que l'agent et l'ailé l'avait vu dans le dossier, il préféra tout de même se présenter par pure politesse. La maladresse des paroles de l'ailé le firent simplement afficher un plus grand sourire, cette fois-ci amusé.
 

▬ «  Et bien je suis ravi de faire ta connaissance Feliciano. J'espère que notre colocation se passera à merveille et que tu trouveras vite du travail. J'y veillerai moi-même en tout cas.  »

Alors qu'Emmanuelle ouvrit la bouche en tendant le dossier de Feliciano vers lui, il sortit de sa poche un billet de quelques centaines de dollars et le tendit à l'agent en souriant.
 

▬ «  Ne vous inquiétez pas j'ai déjà un exemplaire dans mon bureau. Mais prenez ça; c'est pour vous remercier de vous déplacer si tard. Et normalement...ma secrétaire a déjà réglé tous les papiers nécessaires. Je vous enverrai un compte-rendu dans une semaine. Ce fut un plaisir.  »
 

▬ «  Je vous rends le compliment Monsieur Carriedo.  »

Avec tout le sérieux du monde, il réussissait quand même à garder cette aura agréable et avenante, rare chez les gens de la haute société. Il appela son chauffeur pour qu'il raccompagne la femme Fly away jusqu'à la sortie et invita Feliciano à entrer dans sa demeure avant lui. Il le jugea d'haut en bas, toujours souriant. Tout comme lui, l'ailé transpira la bonne humeur, et la joie de vivre. Ça ne pouvait que bien se passer. Du moins il l'espérait. Alors qu'il le fit entrer dans le grand hall d'entrée de sa maison, il referma la porte derrière eux. Un hall avec un plafond haut de quatre mètres au dessus du sol au moins, duquel pendant un lustre fait de verre et d'argent et dont les lumières qui se reflétaient dedans tachaient la pièce toute entière de paillettes lumineuses. La maison tout entière était décorée d'un style qui rappelait la Rome Antique. Aux quatre coins de la pièce des statues de dieux grecques. En face d'eux, deux escaliers reliés en leur haut, menant vers un même étage qui promettait de chambres plus grandes et plus luxueuses encore. Au milieu de ce hall, une petite fontaine de pierre et de plâtre, où s'écoulait une eau bleue azur. À leur gauche une arche ouverte menant vers un salon plus grand encore avec qu'à leur droite, s'ouvrait la cuisine. Il laissa longuement Feliciano, observer l'intérieur avant de le décrocher volontairement de ses pensées:
 

▬ «  Ta chambre est prête. Tu as certainement envie de ranger tes affaires. Je t'y emmène?  »

   
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Message par Italie du Nord/Feliciano le Lun 4 Avr - 14:07

Feliciano Vargas & Antonio Fernandez Carriedo
Let Us Fly Away



La villa, de l'extérieur, était tout simplement sublime, et les multiples architectures et décorations étaient la preuve d'une économie familiale ou individuelle florissante. Feliciano se demandait si cet homme vivait seul, si il avait une famille, si d'autres personne vivraient avec eux. Avec tant d'argent, surement monsieur Carriedo possédait au moins quelques bonnes pour faire le ménage : nettoyer un si vaste lieu ne devait pas être une tâche facile, et si cet homme devait tout faire lui même, il n'aurait plus assez de temps pour exercer une profession qui amène tant de richesse. Ou bien avait il hérité de la demeure grâce à la fortune de ses parents ? Il y avait beaucoup de possibilité, et Feliciano aurait pu passer des heures entières à toutes les réfléchir : seulement, on le fit entrer dans la demeure. Inquiet, il lança un dernier regard à l'agent de Fly Away, qui se faisait déjà raccompagner. Il y avait toujours cette idée que monsieur Carriedo gagnait son argent dans des affaires illégales dans un coin de sa tête, et un sourire aussi rassurant pouvait vite se révéler être une façade.

Il fallait bien comprendre Feliciano : il venait de changer de vie, fuyant une existence qui ne lui avait jamais donné quelque chose de positif. Rien ne lui disait que cette existence là serait meilleure. Rien du tout. Il ne fallait pas y penser. Il fallait se concentrer sur les bons côtés, les beaux côtés. La villa était magnifique. La décoration à couper le souffle. Les couloirs étaient vastes, décorés de tableaux, de miroir, de fenêtre lumineuses entourées de rideaux aux tissus magnifiques. Il avait l'impression d'avoir mit le pied dans la maison d'un roi, sans savoir si le roi était cruel ou aimant de son peuple. Et il était le dit peuple.

Sur leur chemin, plusieurs servantes s'inclinaient en voyant passer Antonio F. Carriedo, leur maître, lui souhaitant bonne journée, ne discutant même pas la présence d'un ailé dans leur demeure. Il était le seul à posséder des ailes ici. On lui lançait parfois quelques regards discret, preuve que les majordomes n'étaient clairement pas habitué à la présence d'un tel être en ce lieu. Cependant, aucun regard n'était mesquin, ou haineux : comme si la populace n'osait pas même être malveillant envers lui. Cela le rassurait. Il avait l'impression d'être dans un enceinte sacrée, un endroit ou personne n'avait le droit d'être cruel envers lui : un havre de paix en son honneur, offert par la bonté d'un dieu de miséricorde. Antonio était ce dieu.

-Ta chambre est prête. Tu as certainement envie de ranger tes affaires. Je t'y emmène?

Il sursauta en entendant enfin l'homme s'adresser à lui. Dans un petit moment de panique, il le fixa avec de grands yeux ronds, avant de regarder sa petite valise. Ses affaires ? Oh, oui, ses affaires ! Pendant un instant, il avait oublié qu'il en avait. Il le regarda, avec un petit sourire gêné, embêté d'avoir mis autant de temps pour réagir.

-Oh, hm... Oui, bien sur. C'est la première fois que j'entre dans cette maison, vous savez. Donc à moins de me montrer ou la chambre se trouve, je risque de me perdre... Même si ce ne serait pas bien grave de se perdre ici ! La villa est si belle, et tout est bien décoré et rangé ! Et le personnel a l'air très gentil, alors je suis sur qu'ils m'indiqueraient où se trouve.... Il s'arrêta un instant, mettant sa main sur sa bouche. Oh, je suis désolé ! On me dit toujours que je parle trop, dîtes le moi si cela vous dérange ! Je n'aimerais pas être désagréable alors que vous m’accueillez gentiment chez vous !

.

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
28/100  (28/100)
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCKLcoO3VSnCwpmFRtFpN2KQ

Revenir en haut Aller en bas

Re: Let us fly away. [feat Italie du Nord]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum