PRUSSE | I'm alive, but only ironically

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRUSSE | I'm alive, but only ironically

Message par Prusse / Gilbert le Lun 1 Fév - 18:38



DOSSIER MEDICAL


• Nation représentée : Prusse
• Nom et prénom : BEILSCHMIDT Gilbert
• Âge : Il a largement dépassé la date limite de fraîcheur donc 33 ans
• Date d'anniversaire : 18 Janvier
• Sexe : De taille convenable
• Poids : 72kg
• Taille : 1m77
INFOS



RENSEIGNEMENTS


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
Le passé
• Avez vous une peur particulière ? :
La solitude, l'abandon, l'ignorance
• Avez vous un objet fétiche ? :
Une Croix de Fer Prussienne qu'il porte constamment
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
Tenter d'attitrer l'attention en faisant l'imbécile, nourrir les dragons oiseaux
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
C'est un très bon sportifs, il se maintient en forme par un jogging matinal et des exercices réguliers. Il apprécie également bricoler et il est très bon guitariste cependant il n'a pas encore trouvé de quoi le montrer à l'institut, étant donné qu'il n'y a pas trouvé de guitare.
• Qu'est- ce que vous appréciez particulièrement ? :
Le café, la bière, les oiseaux, le sport, le combat,  la musique, se regarder dans le miroir...
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
L'excès de sérieux, l'autorité, le confinement, le silence, la vodka...






Un noir complet. Dans la chambre silencieuse, on n'entend que la respiration du locataire de la chambre, jusqu'à ce que le refrain de ''Paradise City'' de Gun's & Roses retentisse à un volume fou pour réveiller le Prussien.
Il doit être 5:30, il n'a jamais trop dormi, mais bref. La Nation se tire lentement son lit après avoir coupé la violente sonnerie de son réveil. Il est dans l’un de ses bons jours, ceux où il a un maximum de sa tête, pour l’instant.
Gilbert reste assis un petit moment sur son lit, sa tête en poids mort dans ses mains, puis se dresse du haut de son mètre soixante-dix-sept et traîne des pieds jusqu'à la salle de bain. Il y allume la lumière et ferme la porte derrière lui. Il plisse les yeux, c'est dire qu'il a les yeux fragiles, l'albinos. Quasiment aucune pigmentation, juste la couleur rouge sombre de sa rétine qui ne se cache que derrière le voile quasi invisible d'un bleu trop pâle, à moitié effacé. Deux pierres de rubis chaussées dans ses orbites, sous des sourcils un peu épais, blancs, à peine discernables sur son teint laiteux.

Il s'avance vers le lavabo, ouvre légèrement l'eau et s'arrose le visage avant de passer une main dans ses cheveux blancs, plus ou moins long sur le haut de sa tête et à mesure que l'on descend vers ses oreilles et sa nuque ils se dégradent en longueur jusqu'au demi centimètre de long.
Il relève son visage, légèrement plus réveillé vers le miroir. C'est vrai qu'il était quand même beau garçon. De manière tout à fait objective, ou presque.
Il a le visage carré, les lèvres larges, presque pulpeuse, les pommettes et la mâchoire saillantes, mais le menton rond, son nez est cassé, force de bagarres stupides, et du coup un peu large, mais rien de laid. Loin de là ça s'accorde parfaitement à la structure de son visage. Il attrape son rasoir et sa mousse et se débarrasse de la barbe qui devenait un peu trop longue et qui habillait le bas de son visage et le haut de sa gorge. Elle est large sa gorge. Sa pomme d'Adam est assez marquée et invite avec insouciance à glisser son regard vers sa clavicule qui guide vers ses épaules larges, carrées, et son torse.
Les muscles de ses épaules se dessinent sous sa peau, mais pas de manière claire. On distingue leurs courbes et quelques veines apparentes sur ses biceps et surtout ses avants bras. Ses poignets sont légèrement fins pour un homme, habillés de quelques bijoux masculins, bases solides pour des mains tout aussi larges, pourtant allongées. Un peu séchées et abimées, à force d’usages.
Ses pectoraux sont plutôt rond, ressortant plus vers les extérieurs et légèrement moins marqués vers l'intérieur. Une pente douce jusqu'au creux qui délimite le droit du gauche. Sa croix de fer prussienne tombe tout juste entre eux, à leur mi-hauteur. Tout juste en dessous, sa taille large n'est que tout juste marquée et glisse en un V tout juste suggéré jusqu'à ses hanches. Il a les abdos peu marqués, tout juste esquissés, mais bien présent.  Quelques cicatrices parsèment sa peau blanche.

Il se tourne un peu, de profil il a les épaules qui dessinent une large courbe et son dos se termine en une petite cambrure. Cette dernière est accentuée par le galbe assez flatteur de son fessier (Si vous êtes curieux et que vous avez une TI82, la courbe exacte équivaut à y=-(sin(x^(1.7/6)+4)+(1/x))+10). Ah ça c'est sûr, il a un bon cul. Il lève le bras gauche pour afficher son grand dorsal et son latéral externe, eux très bien marqués et masquant parfaitement ses côtes. Ses lèvres s'étire en sourire satisfait alors qu'il se tourne davantage, tenant désespérément d'imiter un hibou qui tournerait sa tête à quatre-vingt-dix degrés. Dans son dos se distinguent quelques autres cicatrices çà et là dans son dos. Résidus de batailles, de vieux entraînements ou de paris stupides qui finissent par un voyage à l'hôpital.
Sous ses hanches droites, il a les cuisses un peu larges, dût à son éternel jogging matinal, et pour ce qu'il y  a entre les deux, je vous laisse le loisir de l'imaginer ou de le découvrir vous-même.
Il a les jambes musclées et au bout de ces dernières, il chausse un quarante-deux.

Le check narcissique terminé, il se lave rapidement les dents, passe un coup de déo et enfile un simple t-shirt, un jogging et sort de la salle de bain. Il se chausse avec de ses baskets, un sweat pour la fraîcheur matinale, une bouteille d'eau et il quitte sa chambre et le bâtiment pour aller courir dans le parc qui le borde.

Il rentre vers les 7:20 la plupart du temps, le reste du monde est en phase de réveil alors il en profite pour reprendre la salle de bain, le temps d'une douche et de se rhabiller. Comme souvent, il se couvre avec un jean brut coupe cigarette et un t-shirt blanc. Il se recoiffe rapidement devant le miroir et le voilà ressortit, laissant la place à ses voisins de l’Aile 3. Le temps d’enfiler une veste noire à col rond sur les épaules et des chaussures plus basiques aux pieds, il sort de la chambre pour aller prendre son petit-déjeuner à la Cafétéria.

ORGUEIL :

Sens 1 Opinion trop avantageuse de soi-même. Contraire : humilité, modestie, simplicité.
Synonyme : dédain

Sens 2 Sentiment de fierté.
Synonyme : fierté


Gilbert pourrait se trouver comme définition du mot ci-dessus dans tous les dictionnaires du monde. L’albinos a en effet une image de lui-même surestimée et se croit bien souvent capable de tout, ou possédant la fameuse science infuse. Il est également pleinement conscient de son physique et pense être l’ultime Apollon, a real God material.
Alors, certes, la Nation est loin d’être bête lorsqu’il veut bien faire des efforts, et soyons honnêtes, il est loin d’être laid, mais surtout, tout le monde s’accorde à dire que cela le rend lourd. Agaçant, envahissant, car pour partager de sa personne avec son entourage, le Prussien à une fâcheuse tendance à parler un ton au-dessus, voire hurler parfois. Au cas personne ne ferait attention à lui.
Mais c’est là un sérieux problème et la raison de ce comportement. Gilbert craint, de manière presque obsessionnelle, de se retrouver seul et par extension de se faire oublier, de ne plus rien représenter aux yeux du monde.

INTROVERSION :

Sens 1 Utilisé en Psychologie pour décrire un homme ou une femme dont le comportement, mais également les centres d'intérêts comme les émois seraient exclusivement tournés vers eux, se détachant totalement de leur environnement.

Malgré ces excès de fierté, le Gilbert est une véritable bille pour ce qui est de la démonstration de ses sentiments et ses passions il les présentera davantage comme des capacités qu’il possède ou des talents. Il est donc normal que pour ce qui concerne le relationnel, il ne soit pas vraiment doué. En contact humain, en relations d’amitié ou de couple. Sans doute car il craint que l’on voit ces faiblesses et ce qui planque derrière sa comédie de personne assurée et fière de lui… Et l’on compte sur les doigts d’une main les personnes à qui il sait s’ouvrir pleinement. Bien que même avec ses derniers, il joue le déni et il feint toujours l’assurance et la détermination la plupart du temps.

IMPULSIVITÉ :

Sens 1 Qui agit selon ses impulsions, sans réfléchir.

Cependant, il également possible que des personnes ne faisant pas partie du cercle ‘‘V.I.P’’ du Prussien aient pû assisté à de petits écarts, des failles, de sa part. Gilbert est de ce genre de personnes qui agisent avant de réfléchir.
Dans son comportement courant cela se traduit par de l’immaturité excédante (malgré plus de 400 ans d’âge, eh oui…), des stupidités dites ou faites sans réfléchir aux conséquences ou aux personnes qui sont autour. Cela lui donne aussi une certaine franchise sur ses opinions et ce qu’il pense des autres il le dit et si le concerné n’est pas content, bah c’est pareil et tant pis pour sa gueule.
Et comme évoqué plus haut, cette impulsivité finit parfois par le trahir sur ce qu’il veut éviter d’être sû par n’importe qui.

VIOLENT :

Sens 1 Qui est fait avec brutalité.

Sens 2 Intense.

Par extension, cette impulsivité se traduit parfois en violence, car vous l’imaginez, il a tendance à s’emporte rapidement et pour un rien. Oui il est assez susceptible.
Dans ces cas, mieux vaut ne pas être l’objet de son mécontentement, car il peut vous arriver quelques bricoles. Non seulement il saurait trouver du vocabulaire fleuris pour vous incendier, mais il saura également jouer de ses points s’il est suffisamment à bout. Dans les deux cas, le Prussien sait s’y prendre, c’est en grande partie sur cela que la réputation de la Prusse et notamment de son armée, s’est construite…

SADISME :

Sens 1 En Psychologie c’est une maladie mentale qui pousse à prendre du plaisir en faisant ou en voyant souffrir quelqu'un.

Sens 2 Cruauté, méchanceté.

On en arrive là, s’il le veut, il est parfaitement capable d’être méchant et/ou cruel dans le pire des cas. Il ne prend pas forcément plaisir à faire cela, la plupart du temps c’est davantage par vengeance. Ou par simple volonté de démontrer ou prouver sa supériorité, à quelqu’un à qui il estime qu’il est important de le rappeler. Il prend un quelconque plaisir à ça, c’est plus le plaisir de savoir que le message est passé et respecté.
Pour en arriver à ce résultat, le Prussien est capable du pire et s’il cherche le truc qui fera mouche à tous les coups, il est capable de le trouver. Si j’ai évoqué plutôt sa stupidité courante, j’ai également bien précisé que lorsqu’il s’y met, il est loin d’être bête. Alors oui, il est bien triste de se dire que ses facultés de réflexions ne se voient utiliser que pour blesser, mais c’est bien cela. Le Prussien n’est fin stratège que lorsqu’il le veut et ce sont souvent les seuls moments où il le veut.

POSSESSIVITÉ :

Sens 1 En Psychologie elle traduit la possessivité d'une personne envers une autre se traduit par son besoin de relation exclusive et sans partage qu'il souhaite entretenir. La personne possessive craint que l'être ou la chose aimée ne lui soit enlevée.

Afin de compléter le portrait mental de Gilbert, il est important d’évoquer sa possessivité. Elle peut aisément s’expliquer par tout ce qu’il a été évoqué plus tôt, surtout en ce qui concerne sa fierté.
Prusse, en tant que Nation ayant assis une, ma foi, plutôt bonne réputation de conquérant, pour avoir tout perdu par la suite, il est normal qu’il ait développé un tel comportement. Par extension de son besoin d’attention et sa peur de l’abandon et de la solitude, il est capable d’une grande jalousie. Il estime mériter la première place dans le cœur de certaines personnes, évidemment celles auxquelles il tient le plus.
D’une autre manière, cela peut le rendre extrêmement protecteur envers ces mêmes personnes, notamment son frère et pour en revenir aux deux points précédents, il vous aura en ligne de mire si vous êtes amené à blesser un membre de  ‘‘son harem’’ (ce dernier n’existe que dans sa tête).




• Pseudo : Del #SwagMaster#Dragon#Khaleesi
• Age : (14+30)/2 -1 ans
• Depuis combien de temps RP vous ? Depuis l'aube des temps
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Pars-là ←
• Code du règlement : I know *winkwonk*
• Des commentaires ? Putain le design il est bô. Je sais pas qui l'a fait mais.... respect. *not bad face*
Et toi ?



"What is dead can not die..."





Histoire


Il se perd facilement, il faut se le dire. Malgré son naturel déterminé, affirmé, rebelle même, il a fini par se perdre au milieu des souvenirs, de la drogue,  des délires…

Il fut un des premiers à être envoyé ici, plutôt rapidement suivi de son cadet, peut-être est-ce même à cause de lui qu’il est ici lui aussi.
En même temps, quel intérêt de garder au gouvernement, là,  le fantôme d’une Nation dissoute. Certes il a servi, il était utile pour remplacer Allemagne en cas de soucis ou de manque de disponibilité de la part de ce dernier, mais il est tellement l’opposé de son frère, imprévisible, susceptible, trop protecteur envers Ludwig face leurs actions, leurs marchés.

Il est devenu gênant, de trop. Il a compromis beaucoup trop de programmes, de projets, de protocoles.
Il était nécessaire de s’en débarrasser. Le cacher, la tare,  l’ex-Nation bouc émissaire d’une guerre qui laisse encore des stigmates dans les esprits. Il était resté sur la scène internationale trop longtemps.  Il n’a même jamais vraiment été une Nation, mais plus une armée. Un être de guerre, de fer, de poudre et de sang qui n’avait rien à faire en politique…

Des excuses, des excuses, des excuses… pour l’éloigner.
Expédiée la Prusse. Confinée, objectifié comme un sac à souvenirs et sucé de son essence de Nation, de sa mémoire, ce qu’il a toujours gardé au fond de lui. C’est tout ce qu’il reste de son identité, la symbolique de son être, son statut de Pays, d’être hors normes, à la fois sa force et sa faiblesse.

S’il s’est d’abord rebellé, opposé, débattu, se refusant à prendre ce traitement qu’on lui imposant, soit disant pour le calmer… S’il a usé de milles stratagèmes pour éviter de les prendre, le personnel en a usé pour les lui administrer, parfois de force, souvent à son insu.
Il finit par les prendre régulièrement, comme tout le monde et se sentir lentement décliner.

Il se souvient avoir entendu qu’il nécessitait des augmentations de doses, tellement d’augmentation.
Il se souvient avoir fini par parler, par raconter son passé, ses batailles, les détails. Il se souvient avoir cru les revenir comme s’il y était encore. Les sons, les odeurs, les images, tout a fini par se mélanger dans son esprit.

Il ne se souvient cependant pas quand est-ce qu’il s’est perdu, quand est-ce qu’il a commencé à délirer à causes de trop fortes de doses des traitements.
À ce jour il ne se souvient presque que d’histoires sans grands sens, d’autres mondes, de fantasmes irréels, de fantaisies, de cauchemars.
Au fond, peut-être qu’il ne pouvait se résoudre à offrir ainsi sa vie à des hommes qui utiliserait ses paroles comme des outils ou des armes. Usé de cette manipulation, détruit par la drogue, il s’est inventé, comme tant d’autres, quantité de nouvelle vie, dans d’autres univers, différents, jusqu'à en croire que c’était là la vraie réalité…

À ce jour, il se souvient tout de même encore de ce qu’il est, par bride légère, vagues, éphémères et parfois, en pleine redescente, sa conscience s’éveille à nouveau.
La Prusse est toujours, endormie, et même assoupies, comme à chaque instant de sa vie, depuis l’aube de son temps, elle se bat.



"...but rises again , harder to punishment and more vigorous"


Dernière édition par Prusse / Gilbert le Mer 16 Mar - 21:25, édité 3 fois
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
45/100  (45/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://del-ightful.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRUSSE | I'm alive, but only ironically

Message par Staff le Sam 13 Fév - 2:17

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Digitale, et tu iras donc dans l’aile n° 3.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 20
Ta jauge de conscience est de 45%

Tu dispose donc également de 5 Univers Alternatifs et 4 Périodes Historiques à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum