Lénine relève toi, ils sont devenus fous | Россия

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lénine relève toi, ils sont devenus fous | Россия

Message par Hongrie / Erzsébet le Ven 5 Fév - 16:00



DOSSIER MEDICAL



• Nation représentée : Fédération de Russie
• Nom et prénom : Ivan Dmitrïevich Braginsky
• Âge :  Autour de 35 ans
• Date d'anniversaire :  12 Juin
• Sexe : Masculin
• Poids : 85 kg
• Taille : .1m82
INFOS



RENSEIGNEMENTS


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
Le passé est parfois tellement troublé qu'il est agréable de rester dans l'imaginaire
• Avez vous une peur particulière ? :
 Il lui arrive d'avoir peur de incendies. Si vous saviez combien de fois Moscou a été en proie aux flammes
• Avez vous un objet fétiche ? :
 Plusieurs en réalité. Des matriochkas anciennes, une croix orthodoxe qu'il porte autour du cou et une édition comprenant quelques manuscrits de Guerre et Paix de Tolstoï.
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
Du sport, souvent de la musculation quand il n'y avait pas moyen de faire autre chose qu'il apprécie plus. Lire est un autre de ses passes temps les plus chronophage, le reste de son temps étant occupé par l'observation stellaire, et le fait de faire valoir son avis entre autres
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
Le travail du bois et les sports tels que le patinage artistique, le ski de fond et la lutte entre autres. Il sait jouer de la balalaïka.
• Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement ? :
LA liste est longue. Alors il faut savoir que les disciplines sportives qu'il pratiquent entre la dedans, sinon l'inévitable vodka, Youri Gagarine et l'Espace avec un grand E, trinquer, le théatre, lire, le thé, la steppe, le saumons, les gens orthodoxes, les trucs chamanistes, les filles blondes pleine de formes tout a fait slaves, le samogon, discuter, les pakiet (en fait ce sont des sacs plastiques, mais il fait une fixette dessus), nager dans des lacs gelés, la musique, les monuments commémoratifs, le kvas,le Bolchoï, prendre des risques,les Kroutcheva (qu'il hait ne même temps. Ila  une relation très ambivalente avec ces habitations), les kiosques, le froid, le cyrillique, la chasse, les chapkas, le caviar, la bière, les bains, l'artisanat et les choses absurdes...
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
La chaleur intense, les choses trop homosexuelles pour son esprit psychorigide, l'ultracapitalisme, les gros américains, les gens qui ne rigolent pas a ses blagues (pour le peu qu'il en fait), les gens qui sifflent en intérieur, les gens qui ne trinquent pas comme il faut...






Gardez bien en tête l'image du géant débonnaire, au sourire niais qui porte un tournesol dans une main et un robinet dans l'autre, arborant un regard lavande a faire frémir d'envie toutes les lolitas gothiques. Vous avez l'image en tête ? Bien maintenant oubliez tout ça. L'homme que l'on s'accordera a décrire ici , vous devrez l'observer sans à prioris et avec un œil neuf.

Il traversait le couloir, une infirmière devant, une derrière, le pas régulier, le regard droit et fier, la structure altière. Charpenté et en muscles, le slave s'imposant une certaine rigueur physique pour se maintenir en forme et c'était nécessaire lorsque l'on devait vivre dans le climat qui était sien. Alors que sa garde robe se composait souvent de vêtements chauds, il n'en était pas moins dépourvu de vêtements propres a un environnement intérieur. Ainsi il n'était pas rare de le voir en marcel, car cela lui semblait une tenue appropriée lorsqu'il était dans sa chambre ou qu'il ne nécessitait pas de devoir sortir ou d'être dans le cadre de circonstances plus sérieuses.

Du haut de ses 1m82 on ne levait pas forcément les yeux en s'adressant à lui, cela restait une taille raisonnable en soi, pour le plus grand pays du monde. Pour cette taille il avait un poids qui au vu de sa charpente restait très correct pour un homme (surtout parce que le rédacteur de cette observation n'est pas un expert du ratio poids taille chez un homme mais passons). Sa peau était claire et quelque peu granuleuse, son teint n'était pas uniforme en tout endroits. Il avait ces quelques stigmates que le fait de vivre dans le froid peut laisser sur la peau, mais cela ne le rendais pas impossible a regarder pour autant. Cette peau, soulignée par une pilosité claire, prenait rapidement une teinte écarlate au soleil, sans aucune crème de protection. Mais le russe pouvait très bien s'exposer sans soucis avec la crème solaire adaptée.

En été il portait souvent des lunettes de soleil pour abriter son regard clair, bleu gris, la teinte exacte dépendant beaucoup de l'éclairage. Son corps massif pouvait étonnement se montrer très agile lorsqu'il s'agissait de danses et de gymnastique. De son visage on retenait souvent cette forme présentant quelques angles arrondis. Un nez saillant, imposant, mais pas insolite comparé au reste. On lui aurait difficilement imaginé une autre forme de nez a vrai dire. Le tout était complété par une bouche aux lèvres peu charnues, dont l'expressivité était en on – off.

Du reste, il avait pour surplomber cette ensemble une masse capillaire blond cendrée, gardés un peu longs la plupart du temps, qu'il coupait parfois assez court en hiver, pour pouvoir être a l'aise avec sa chapka. Ils n'étaient pas toujours coiffés impeccablement, car il aimait laisser courir les mèches plus courtes sur son front.

De même que pour la précédente partie, il faudra vous remémorer cette joyeuse personnalité, enfantine et un brin psychopathe, qui faisait d'adorables "kolkol" et faisait des câlins aux autres pour l’ôter de votre tête.

Le russe était une personnalité complexe et insolite. Tout d'abord il vous semblerait que sa logique était en quelques points teintée d'absurdité, mais rien n'existait dans son comportement que le russe n'aurait su justifier (sauf peut être son amour inconditionnel du risque mais nous y reviendrons). N'étant pas d'une nature plus joyeuse que nécessaire, il était cependant bon hôte, hospitalier a outrance, prenant du plaisir dans le fait de recevoir des convives et de les mettre a l'aise. A la façon slave. Qui était soit dit en passant une chose dont il ne se défaisait jamais quel que soit son état mental. Il aimait offrir des choses quand il était invité, cuisinait occasionnellement, tenait bien l'alcool et aimait danser. Surtout a la cosaque. En réalité il ne disait pas non aux danses de salons et était un cavalier convenable, même pour les rocks.

En général il était autant un trou a alcool qu'a nourriture, mais quand il était bourré cela s'entendait, aux chansons qu'il déclamait de sa voix puissante marquée presque toujours de son accent sauf lorsqu'il consentait a faire un effort. D'une manière ou d'une autre, même si son passé communiste lui collait a la peau de manière indélébile, il n'y était plus particulièrement attaché. Il avait récupéré sa foi orthodoxe, avec quelques croyances mystique héritées des quelques peuples sibériens qu'il reconnaissait. Puis il lui arrivait de se replonger dans l'étude du paganisme slave, de temps a autre, plus pour sa culture personnelle que par réelle croyance.

Et cultivé il l'était. Il dévorait littérature et théâtre, et pouvait parler longuement de ses gouts musicaux qui étaient vastes. Amateur de thé, il pouvait aisément passer dans la haute société, bien que cela ne soit pas vraiment sa place. Au fond malgré son intérêt pour tout un tas de domaines il se voyait et se considérait davantage comme un homme du peuple qui n'avait pas froid aux yeux, pouvait sortir chasser en Sibérie par -50° et nager sous la glace. Pour beaucoup de choses il ne connaissait pas de limites. L'éthique générale n'était pas forcément la sienne. Venger la mort de personnes de son peuple pouvait prendre des proportions énormes par exemple. D'autant qu'il était possessif, il ne voulait pas que l'on s’émancipe de son influence et être contredit par quelqu'un qu'il considérait lui devoir le respect. C'était une chose qui pouvait avoir son importance, le respect.

Autant il pouvait s'enflammer en peu de temps et montrer une énergie peu communes dans certains domaines comme le travail, autre valeur importante a laquelle il ne cédait rien, consciencieux, autant il pouvait montrer une patience et un calme proverbiaux. Il avait une réactivité a deux faces. Etant un grand travailleur, personne ne le détournait de son ouvrage si il n'avait pas décidé de s'arrêter. Et personne ne le faisait faire ce qu'il ne voulait pas faire. Il pouvait se montrer buté, têtu, fermé a tout dialogue. Et psychorigide. Ah quelle mauvaise réputation avait il acquis a cause de ce trait de sa personne ! Il était pourtant assez intéressé par ce qui pouvait se tramer a l’extérieur de ses terres, mais sur certains sujets il restait intraitable et peu tolérant. Les traditions restaient importantes pour lui et il pouvait se montrer fermement hostile a certains changements...



• Pseudo : Kanji
• Age :  2 ans et demi
• Depuis combien de temps RP vous ?  euh wait... 4 ans ? 5 ans ?
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Sous le sabot d'un cheval
• Code du règlement : Je suis dispensée non ?
• Des commentaires ?  Je vous jure que je ne suis pas coupable. Sinon le titre vient d'une chanson de Sardou. Oui j'aime bien Sardou. Chut.
Et toi ?



"Rossia - sviashennaia nasha derzhava,
Rossia - lubimaia nasha strana!
Moguchaia volia, velikaia slava -
Tvoio dostoianie na vse vremena!"





Histoire



Il se tenait devant lui, impassible, son regard clair fiché dans celui du psychologue, les lèvres serrées, solide, inébranlable et silencieux comme une montagne. Sur la table devant lui tournait un Dictaphone qui depuis plusieurs minutes n'enregistrait rien. Le russe était patient, il avait à lui seul représenté ce que l'on pouvait appeler un "bloc" dans le jargon des Etats, et ce n'était pas une volonté humaine qui allait le contraindre a ce qu'il ne voulait pas faire : parler de sa déchéance. Celui qui lui faisait face, au bout d'un moment de demandes sous couvert de bonhomie, retira ses lunettes et s'essuya le visage d'un geste las.

- Je ne voudrais pas avoir a être en conflit avec vous, nous pourrions très bien nous entendre. Mais tant que vous resterez muet je vous renverrais a votre chambre en forçant la dose de cachet jusqu'au prochain entretiens, et je vous jure que ni vous, ni moi, n'a envie que vous soyez traités de la sorte.

Le silence coté russe resta pesant. Il emplissait l'espace, recouvrait les paroles du médecin comme un blizzard. Le psychologue fronça les sourcils dans une expression qui lui donnait des traits durs. Il éteignît l'appareil enregistreur et ordonna qu'on renvoie le russe en appliquant ses consignes.
Une fois la nation partie il s'affaissa légèrement dans son fauteuil en soupirant. Il n'avait pas hérité du cas le plus facile mais il savait devoir se montrer patient. Il serait aussi difficile de le rendre coopératif que ses informations seront intéressantes à exploiter. Mais il finirait pas craquer quoiqu'il en soit. Comme les autres.

***

On fit asseoir le russe qui s'affaissa sur le siège. Son expression avait perdu sa superbe et lui même avait perdu la notion du temps. Le temps pour lui se mesurait désormais en interrogatoires avec toujours le même procédé. La pièce blanche dénuée d'âme, deux chaises raides, et pour seuls témoins le psychologue et le dictaphone qui étaient en réalité une seule personne, une sorte de cyborg-dictaphone. La nation en face perdait de sa superbe, de ses allures de montagne. L'ours rouge, tel qu'on l'appelait fut un temps semblait bien plus maladif.

- Alors M.Braginsky, vous avez décidé de persévérer dans le silence ?

- Braginsky n'est pas un nom que j'aime porter... Mais je n'ai pas vraiment le droit a la parole s'agissant de mon identité.

Il parlait d'une voix grave et profonde, teintée de cet accent fort qu'il prenait plus parce qu'il n'avait pas envie de faire l'effort d'avoir un anglais impeccable que pour autre chose. Et il était capable d'exceller en langue simplement ne rien céder restait son mot d'ordre.

- Vous pouvez m'en dire plus ?

Le psychologue espérait que de ces quelques paroles il pourrait remonter jusqu'a ce qu'il refusait de livrer. Au moins cela restait un début.

- Avant les révolutions et le communisme, j'avais un autre nom de famille, mais j'ai du en changer et prendre celui la depuis Lénine. Et j'ai gardé ce nouveau nom de famille alors qu'il ne représente rien pour moi.

- Pourquoi avoir changé ?

- Mon ancien nom de famille était Popov. Ce qui était relatif au pope, au prêtre orthodoxe. Mais la religion était considérée comme un ennemi du peuple et toutes les connotations religieuses durent être enlevée. Jusqu'a mon nom.

Le psychologue acquiesça, content d'avoir un minimum matière a travailler.
Es ce que cela aurait eu des incidences récemment ?

- Je voulais changer de nouveau mais ce n'était pas l'avis du gouvernement.

- C'est une des raisons qui ont fait que vous soyez ici ?

Le russe s'était enfermé dans un nouveau mutisme borné, mais ses yeux avaient se reflet vague qui indiquait que son esprit était absent de nouveau. Comme chaque nouvelle interrogation ne trouvait aucune réponse on le renvoya. L'enquête avançait.

***

- Ils... Me demandaient des stratégies de guerre... Des plans, des secrets que je ne pouvait leur livrer... Amadouer État Unis pour lui soutirer des renseignements...

- Et vous avez refusé ?

- Il n'est plus une priorité pour mon peuple de se battre. Il faut venger nos frères abattus par les syriens et ceux opprimes en Ukraine mais c'est tout... Ha, je suis sur que vous les américains, vous vous racontez beaucoup de mythes et d'histoires sur les russes...

Oh je ne suis pas la pour juger de cette façon.

- Oui parce que... Parce que vous êtes... Un super héros. Oui je vois, et vous essayez de récupérer des...

Le russe avait pris une expression dénotant qu'il avait perdu le sens des réalités. Il frappa sur la table.

-  Moi je ne me laisserais pas faire par de prétendus défenseurs de la justice, car moi aussi j'ai des pouvoirs, vous allez voir !

Il se leva brusquement et on le récupéra pour l'emmener a sa chambre...

***

Plusieurs jours qu'il sombrait de plus en plus profondément. Il s'était battu avec les infirmières, il était passé par différentes phases. Mais plus jamais les entretiens n'avaient donné de réponse claire. Plus jamais il n'y eut autre chose que des allusions a des choses insensées, tantôt la présence de Baba Yaga dans sa chambre, tantôt le fait qu'il se pense enfermé dans un corps d'ours et qu'il avait agit comme l'animal en question pendant tout l'entretient. Irrécupérable. C'est ainsi qu'on l'affecta définitivement a un secteur ou ses brèves périodes de grande activité concernaient des univers déconnecté des réalités et les autres il semblait comme absent, affaibli et pathétique....


"We share the same biology
Regardless of ideology
Believe me when I say to you
I hope the Russians love their children too"
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
15/100  (15/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lénine relève toi, ils sont devenus fous | Россия

Message par Staff le Lun 15 Fév - 23:45

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Digitale, et tu iras donc dans l’aile n° 3, chambre n°5.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 20.
Ta jauge de conscience est de 42%

Tu dispose donc également de 5 Univers Alternatifs et 4 Périodes Historiques à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.  

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum