Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par Italie du Nord/Feliciano le Jeu 3 Mar - 19:31



DOSSIER MEDICAL


• Nation représentée : Italie du Nord
• Nom et prénom : Vargas Feliciano
• Âge : 20 ans
• Date d'anniversaire : 17 mars
• Sexe : Masculin
• Poids : 63,7 kg
• Taille : 1m72
INFOS



RENSEIGNEMENTS


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
Le sujet Italie du Nord semble avoir de meilleures réactions aux mondes imaginaires.
• Avez vous une peur particulière ? :
Le sujet semble rejeter toute forme de douleur physique, même les moindres.
• Avez vous un objet fétiche ? :
Un en particulier, non. Mais un grand soin est donné à chacun des pinceaux du sujet.
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
Le sujet Italie du Nord semble s'appliquer à la peinture, à la rêvasserie, ainsi qu'à l'obtention de liens d'amitié : "Se faire des amis est très important, quand on souhaite l'obtention du bonheur !"
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
Le sujet possède un don remarquable pour la peinture réaliste.
• Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement ? :
La diversité de caractère et d'apparence chez les individus l'entourant semble passioner tout particulièrement le sujet. Il est réceptif à tout ce qui pourra satisfaire ses besoins primaires : le sommeil, la faim, la soif et le social.
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
Le sujet semble avoir une aversion particulière pour tout ce qui peut l'éloigner de son unique but : la joie. Assez étrangement pourtant, si une obligation est donnée de la part du personnel, il ne se rebellera pas et l'exécutera docilement, n'affichant pas une expression satisfaite pour autant.






Description physique

"Commençons donc par les informations principales, monsieur Vargas. Nous nous attarderons sur les détails après !"

  Le sujet fait un mètre et soixante douze centimètre, une taille moyenne. Cheveux bruns, court. Yeux marrons, bien que notre sujet aime les dire ambres. "J'aime donner des beaux noms à tout ce que je trouve ! Est-ce qu'un peu d'originalité a déjà fait de mal à quelqu'un ?". Taille fine, aucun muscle en vu. Un peu de gras autour du ventre. Le sujet est encore intervenu lors de l'écriture de son rapport : "Mais je fais régime, alors ça partira !". [Cela fait trois jours que le sujet est dans la base : je le vois toujours manger autant.] Des petites mains, accompagnées de petits pieds.

  Un visage qui se voulait fin de naissance, mais qui s'est épaissi au fil du temps. Des bonnes joues, on peut dire. Cependant, il n'apparaît pas comme gros : la grâce dans ses gestes doit y faire quelque chose. Un nez retroussé, quelques tâches brunes légères dessus : il faut le regarder de très près pour les remarquer : cela n'est surement pas une information à retenir.  Que dire d'autre...

  Une boucle particulière dans ses cheveux : toujours la même coiffure, aucune originalité. [Le sujet m'indique qu'il en change parfois lors des grandes occasions. Il est décidément très bavard. Et la façon dont il bouge ses mains précipitamment lorsqu'il souhaite ajouter quelque chose m'agace.] Un port de tête droit malgré tout : on sent l'habitude d'une bonne éducation... Lorsqu'il ne dit rien.

  Une peau basanée. L'habitude d'être au soleil : rien de bien étrange pour un italien. "Je peins beaucoup dehors, cela doit être pour ça !" il m'indique. Cela expliquerait surement sa façon de rester bien droit uniquement quand il se concentre. Il ferme les yeux, et réfléchit, fronçant les sourcils.

Feliciano Vargas semble quelqu'un d'assez banal.


Description Mentale

Je demande au sujet et à ses proches de me le décrire : l'appréhension de son comportement pourra être utile lors des traitements.

  "Feliciano n'a qu'un seul but," me dit on. "Dieu l'a mit sur terre, et Dieu est bonté. Dieu a créé les sentiments : il y a des choses qu'on aime, des choses qu'on aime moins. Alors pour Feliciano, voici la vie : on fait ce que l'on veut, on est heureux, et on tente de fuir toutes complications." Le sujet semble en effet avoir la mentalité de l'enfant qui se dit "je fais ce que je veux, na !", et pourtant, on m'indique aussi que l'italien ne fuit pas devant les responsabilités. "Certains travaux sont nécessaires. Si on ne les fait pas, de graves problèmes arrivent par la suite. Faire son travail correctement dès le départ permet de garder un état stable de tranquillité.", selon son propre témoignage. Tout semble réfléchit pour que le sujet puisse se la couleur douce le plus longtemps possible.

 Tout semble être oeuvre d'art à ses yeux. La danse, la peinture, la photographie, le chant, mais même la cuisine, le ménage, le paysage, la façon dont on parle, se comporte, la formation de notre corps. Le dessin semble l'éloigner de mes questions : il s'y attarde bien souvent. "Voyez vous, chaque personne que je croise dans la rue, qu'elle soit ronde, colorée, pâle, maigre, droite, molle... Tous les styles vestimentaires, les coiffures, les cicatrices comme les blessures. Tous ces petits détails qui rendent les gens uniques me passionnent. Je veux tout capturer sur la feuille."

 Le sujet semble savoir cuisiner. "Pas comme un grand chef, mais je me débrouille !". L'accord des épices et du vin qui va avec, le choix des sauces, des types d'ingrédients : il voit cela comme une aventure, presque. Son regard se perd, son sourire devient triste. "Les restaurants vont me manquer... Venise aussi, oh, et-" [insérer une nombre inqualifiable de villes italienne. Désolée docteur, je ne suis pas assez rapide pour tout avoir marqué.]

 Le sujet semble aguicheur. J'ai le droit moi même aux beaux discours, malgré mon âge : "les étoiles dans vos yeux me rappellent ma grande ours, une figure si chaleureuse..." Cela semble sortir tout droit d'un film. J'ai envie d'en rire, mais je suis polie. C'est que ce sujet se prend vraiment au sérieux, s'en est si risible et ridicule.

Je retire ce que j'ai pu dire auparavant : le sujet n'est pas banal. Il est incroyablement enfantin.



• Pseudo : Tegami
• Age : 18 ans
• Depuis combien de temps RP vous ? Un ou deux ans ?... Hm...
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Qu'est-ce qu'on dit ? Qu'est-ce qu'on chuchote dans les alentours ? Qu'est-ce qu'on dit ? Quelle est le forum du jouuur !
• Code du règlement : (validé)
• Des commentaires ? I'm super fab
Et toi ?



“To define is to limit.”
― Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray





Histoire



  La sensation de confort lorsque l'on se réveille, le matin : la chaleur des draps, l'odeur si familière de son chez soi, et les bruits des bateaux dehors. L'air frais qui entre lorsqu'on ouvre la fenêtre, l'odeur de l'eau qui vient avec. Le chant des oiseaux. Le sol froid sous ses pieds, le parquet qui grince : mais il aime cela. Il sort, cherche ses chaussons, se dirige vers la cuisine. La vue du parquet blanc qui fait mal aux yeux dès le réveil. Le plaisir de préparer son petit déjeuner. Alors que les sens l'envahisse, l'eau monte à sa bouche, et la vue des toasts enfin rendus bruns par la chaleur lui donne faim. Tant mieux : il faut mieux avoir de l'appétit quand on veut apprécier un bon début de journée. Une fois le pain, les oeufs et le lard placé dans l'assiette, il va poser celle-ci sur la petite table de son étroit balcon. Il aime lire son courrier et regardant le canal.

 La joie de pouvoir enfin s'asseoir après avoir descendu et remonté deux étages. Le sourire de la bonne qui vous dit bonjour, et le bonheur de rendre ce sourire. Puis enfin, il ouvre sa lettre : il n'y en avait qu'une, avec le reste des pubs -qui n'étaient pas censées être là, il avait pourtant mit une étiquette qui disait gentiment "non merci"-, même si l'une l'intéressait : un spa venait d'ouvrir dans la terre voisine à Venise.

  Le choc, l'incompréhension. La sensation affreuse qui serre le coeur quand quelqu'un dit les quatre vérités de sa personne. On lui dit qu'il n'a plus de rôle à jouer ici, chez lui. Il est l'Italie du Nord, et il n'est pas utile à lui même ? Les mots retirent son appétit. "Bête", "Faible", et surtout, "peu apte à remplir le rôle de nation". C'était idiot. Il était la nation, et c'était comme ça. Comme si il pouvait y changer quoi que ce soit.... Mais que pouvait il dire ? C'était là son président qui parlait : le symbole sur la lettre l'indiquait bien. On l'envoyait dans un institut, où on "saurait le rendre digne d'être une nation, en le soignant". Le soigner de quoi ? Avait-il une maladie ? Il posa sa main sur sa bouche, horrifié. Il était malade. Il devait quitter l'Italie, se déraciner de son être même, pour vaincre ce mal qui le tourmentait.

Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Avaler tout ce qu'on lui demandait. C'était pour son bien. La drogue remplissait ses veines. Ses nuits étaient froides, chaudes, retournées, droites, bleues, douces, tordues, la sensation du toucher noir cendré du chant des gondoliers. Ses nuits étaient folles.

Positiver. Chercher le bonheur. Se soigner. Avaler les cachets. Se soigner encore. Espérer plus de traitement pour sortir plus vite.
Rêver la nuit.

Continuer.


“Live! Live the wonderful life that is in you! Let nothing be lost upon you. Be always searching for new sensations. Be afraid of nothing.”
― Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray


Dernière édition par Italie du Nord/Feliciano le Jeu 3 Mar - 22:30, édité 3 fois
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
28/100  (28/100)
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCKLcoO3VSnCwpmFRtFpN2KQ

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par Espagne / Antonio le Jeu 3 Mar - 19:48

Bienvenue à toi homme au petit churro.

....

c:
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par Italie du Sud/Lovino le Jeu 3 Mar - 20:12

Bienvenue frangin !
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
82/100  (82/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par Staff le Jeu 3 Mar - 20:23

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Jusquiame, et tu iras donc dans l’aile n° 2, chambre n°5.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 20
Ta jauge de conscience est de 28%

Tu dispose donc également de 7 Univers Alternatifs et 2 Périodes Historiques à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par France / Francis le Ven 4 Mar - 11:17

Coucou toiii. C;
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
57/100  (57/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fermer les yeux. Écouter ces sons qui lui manqueront tant.

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum