Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Irlande du Nord/Gareth le Ven 4 Mar - 23:59

A dream about green light and a new friend ?

Gareth & Antonio



Environnement général : Univers de Dragon Age Inquisition
Nom-Prénom : Gareth du clan Lavellan
Âge : Autour de 25 ans
Physique : Il est un peu plus musclé qu'à l'accoutumé, il possède les oreilles caractéristiques des elfes et ses tempes et ses pommettes sont décorées de symboles semblables à ceux-ci.
Mental : Gareth reste à peu près le même, quoi qu'un peu plus ouvert.
Caractéristiques : C'est un Dalish du clan des Lavellan (oui ça en jette).
Armes en sa possession : Une dague longue.


◊ ◊ ◊




Un noir profond ....

"Où suis-je ? … Je ne connais pas cet endroit ? Je ne me souviens pas être arrivé là ? Je ne ressens rien… C'est étrange on dirait un rêve, mais un de ses rêves qui font trop vrai. Où suis-je censé aller ? Je n'aime pas ça…"




         La brume est épaisse, lourde, chargée d'humidité. Tout autour du jeune elfe, il n'y a rien que ténèbres, silence. Juste un pic escarpé se détache du paysage sombre et peu avenant. Et à son sommet, une silhouette. C'est une femme. Aussi lumineuse que la dernière lueur d'une vie. Il la veut. Il veut l'atteindre. Il est poussé vers elle.
       D'un pas difficile, le Lavellan s'avance alors vers cette lueur d'espoir, affrontant vaillamment l'environnement hostile qui se dresse devant lui. Son habit d'un bleu vieilli par les voyages et le temps l'étouffe presque et ses épaulettes en cuir semblent lui couper la circulation des bras, mais il ne s'avoue pas vaincu et il avance toujours, droit. Sa chevelure blonde vénitienne, épaisse colle à ses tempes. Il tapote sa ceinture pour sentir que sa dague est toujours là. A mesure qu'il marche, Gareth, car voilà enfin il semble se souvenir de qui il est, retrouve l'intégralité de ses sens. Le silence est remplacé par des murmures, des bruits inquiétants. Le silence c'était peut-être mieux en fin de compte... Et une odeur acre de sang embaume l'air humide. Son regard vert d'eau ne quitte pas la silhouette féminine, dont la lueur éclaire l'unique chemin, qui semble l'attendre d'un pieds ferme et qui lui donne la force de se mouvoir. Un son de ce qui pourrait ressembler à une cavalcade lui arrive de derrière. La curiosité du jeune Dalish le pousse à se retourner fixant un point dans l'obscurité sans savoir de quoi il peut s'agir, lui qui se pensait totalement seul avec la belle silhouette. C'est alors que des dizaine de ce qui peut être des araignée géantes surgissent de l'obscurité, se pressant droit vers lui. Araignées ou pas, Gareth n'est pas à même de toutes les terrasser seulement avec une dague et bien qu'il en ait déjà vu, il n'a jamais beaucoup aimé ces bestioles. C'est donc sans attendre qu'il reprend sa route, en prenant ses jambes à son cou. Gravissant à s'en faire saigner les mains les derniers mètres qui le séparent du sommet et de la femme qui lui tend la main et semble lui murmurer de s'y accrocher.
Se faire dévorer par une armée d'araignée n'a jamais été dans ses plans de morts et encore moins maintenant ! Il tend alors la main vers elle. Une douleur cuisante, une lueur verte aveuglante puis de nouveau un noir profond.


...


Gareth entendit des voix autour de lui... Ou peut-être n'en était-ce qu'une. Il avait bel et bien rêvé, mais son corps et son esprit refusèrent de se réveiller complètement, encore enveloppés dans le voile flou entre réalité et mirage. Pourtant la douleur dans sa main, elle, était vive, la seule qui lui faisait encore croire qu'il n'était pas mort. Mais il sombra de nouveau dans l'inconscient, un inconscient cette fois sans rêve. Il ne sait pas combien de temps passa entre son demi-éveil et le moment où il émergea brusquement. Comme s'il avait failli se noyer dans les ténèbres, Gareth se réveilla en sursaut, cherchant son souffle, haletant. Il dégaina sa dague dans un réflexe de survie, menaçant toute personne qui serait présente auprès de lui, la terreur se lisant dans son regard.

Que venait-il de se passer ? Qui était cette femme et cette lueur verte ?  



DEV NERD GIRL

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
35/100  (35/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Espagne / Antonio le Dim 6 Mar - 19:04


Environnement général : Univers de Dragon Age.
Nom-Prénom : Antonio Pavus
Âge :27 ans
Physique :Et bien oui, Antonio s'est coupé les cheveux et s'est laissé poussé la moustache. Il est constamment habillé de la même manière pour partir à l'aventure.
Caractéristiques: C'est un magister tévintide. Il a préféré échapper à sa famille et au mariage qui l'attendait pour partir à l'aventure, seul. Il est réputé pour semer la pagaille sur son passage et ne pas être très discret mais beaucoup sont ceux qui redoutent sa magie dévastatrice. Personne ne sait vraiment quel est son parcours, mais il a eu ses sombres périodes. Désormais, il ne dépend plus de personne, préférant se la jouer solo.
Super pouvoir : C'est un mage nécromancien. Il est donc capable de lier des esprits attirés par la mort. Il peut insuffler la peur de la mort à ses ennemis, amener les esprits à se battre en son nom et même provoquer des explosions dévastatrices lorsque ses ennemis meurent.
Armes en sa possession :Un grand sceptre qui ressemblent à deux dragons s'enroulant autour d'un baton et qui se finit par une pierre précieuse à la couleur changeante, le tout en acier. here


 

   
La Divine était morte. Le Conclave avait été détruit et tout ceux qui s'y trouvaient étaient désormais cendre. Des démons s'étaient mis à envahir le monde. Le Voile entre les deux mondes se déchirait. Le ciel était blessé par la Faille. Alors que tout semblait perdu, il y avait cet-...elfe. Personne ne savait ce qu'il faisait là et surtout comment il s'était sorti vivant. Presque tous spéculaient sur le fait qu'il était le criminel de la Divine et exigeaient procès. La situation était des plus cocasses, alors comment ne pas en tirer des conclusions du même ressort?Un elfe, tout droit sorti de la faille, avec cette Marque dans la main. C'était tout bonnement insensé.

La situation embarrassait Antonio; tant d'indices sous les yeux et pourtant encore tant de questions encore. C'était à s'en arracher les cheveux, littéralement. Et il détestait cette sensation, d'être à deux doigts d'attraper la solution mais de simplement patauger dans le mystère de l'affaire. Bien sûr, il n'allait évidemment pas resté les bras croisés. Pas lui. Il avait déjà eu la chance de s'être tenu non loin de l'affaire...et c'était lui qui avait ramené l'elfe avec quelques soldats dans un endroit sûr jusqu'à ce que ce dernier se réveille. Car seul l'elfe et personne d'autre pouvait lui apporter des réponses. Il fallait également le dire, il avait très peu de temps avant que l'Ordre se rende compte qu'il n'était pas un garde du Conclave. Le temps lui était compté et pourtant, cet individu avait l'air de vivre hors de tout, cajolé par de jolis draps. Il aurait bien été le secouer mais il savait que ça n'allait rien arrangé. Et qui sait si il ne simulait pas?Qui sait si il n'attendait juste pas le bon moment pour lui sauter au cou et lui trancher la gorge?Après tout ça restait quand même un elfe, il devait être méfiant.

Antonio ne savait rien pour l'instant, mais il avait une hypothèse que personne n'avait encore prononcé. La marque dans le creux de sa main et la Faille. Tous les deux brillant de la même couleur, de la même intensité, de la même lumière. Et apparemment, il avait réussi à survivre. Il devait certainement y avoir un lien entre cette marche et le vortex dans le ciel. En tous les cas, il avait sa petite idée de comment voir quel genre de lien il y avait entre les deux. Ce qui était sûr c'était que cet elfe était la clé pour résoudre son mystère...hm la clé...La clé, mais oui bien sûr!Il ne lui tardait que ce dernier ne se réveille. Il avait déjà un plan. Risqué, mais un plan quand même.

Il soupira pour la énième fois. Le monde était menacé et il devait attendre. Simplement attendre. Et il devait le dire; cette cellule n'avait rien d'intéressant. Une simple chaise en bois qui était à deux doigts de se briser sur son poids, un matelas aussi confortable que du métal sur lequel était allongé l'accusé de meurtre et des chaines. Avec un minimum de savoir-vivre, Antonio avait préféré ne pas attacher son homologue. Il lui avait même laissé sa dague. Et en échange, il avait pris avec lui son sceptre d'acier. Un simple sort et il aurait pu faire voler sa minuscule petite dague.

Mais il avait peut-être trop parlé, car à peine celui lui avait traversé l'esprit, qu'il se retrouva avec une dague, entre les deux yeux. Il releva les yeux pour se mettre à loucher sur la pointe de l'arme et haussa un sourcil. Vraiment?C'est tout?Il en attendait plus du soi-disant criminel de la Divine. Quoiqu'il était sceptique quand à cette théorie. Prenant une ultime mais grande inspiration, il esquissa un sourire et posa son index sur la pointe de l'arme.
 

▬ «  Nt nt nt...c'est comme ça qu'on remercie celui qui t'as empêché de mourir exécuté pendant ta petite sieste?Allez calme-toi et rabaisse cette arme.  »

Il allait lui poser une dizaine de questions. Non. Des centaines, voire des milliers. Il voulait savoir tant que choses, résoudre tant de mystères mais...la voix de gardes mécontents s'approchant dangereusement de la cellule l'en dissuada vite. Ils savaient qu'il avait menti, qu'il n'était qu'un imposteur. Et il ne voulait pas finir enfermé comme ce pauvre elfe à attendre son funeste sort. Mais on même temps il ne pouvait pas s'enfuir d'ici et de faire comme si de rien était. Il avait encore tellement de choses à faire avec cet homme à la marque. Et il allait se faire tuer.

Le temps de réfléchir à la question était trop tard. Ils n'avaient plus le temps, les gardes étaient entrain de déverrouiller la porte. Alors dans un élan agile, il attrapa les poignets de l'elfe pour les mettre dans son dos, le neutralisant et plaqua sa main contre sa bouche. Alors qu'il lança un sort pour les rendre tous les deux invisibles, il murmura, d'un ton plus complaisant que menaçant:
 

▬ «  Si tu veux pas finir ta vie à pourrir ici, t'as intérêt à te tenir tranquille.  »

Quelques secondes à peine plus tard, les gardes ouvrirent la porte pour découvrir avec surprise que la cellule était, par la simple vue humaine, vide. Ni une ni deux, ils repartirent en courant, prévenir la Garde de la disparition de deux présumés criminels. Quand la vue fut libre, il relâcha le blond et s'essuya les mains sur son pantalon.
   

▬ «  Ecoute, avant que tu dises quoique ce soit je vais te proposer quelque chose alors tais-toi et écoute-moi bien mon grand!Je vais te sortir de là mais en échange tu dois me suivre et faire tout ce que je dis d'accord?
Je me fous de savoir qui tu es et pourquoi tu es là, le seul truc qu'il faut savoir c'est qu'il faut s'enfuir et vite!
 »

Il scannait les alentours du regard, prêt à dégainer son sceptre à tout moment. Il était prêt à en découdre. Il ne restait plus que l'elfe.

   
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Irlande du Nord/Gareth le Dim 13 Mar - 21:51

Whatever we were before...

Gareth & Antonio

C'était qui lui hein ? Et il était où d'abord ? Le jeune Lavellan, encore haletant, fixait intensément cet inconnu face à lui qui ne semblait pas inquiété le moins du monde par sa dague. Il devrait pourtant ! Bien qu'encore un peu engourdi par son long sommeil, comme s'il avait duré plusieurs jours, Gareth ne cilla pas et l'écouta déblatérer ses paroles. Il ne le connaissait pas, visiblement, les traits de son visage ne lui disaient rien du tout. Très bien … Parfait, il est là pour le tuer c'est ça ?

Mourir exécuter ?
Mais de quoi parle-t-il ?


Aucun de ses mots n'ont de sens dans la tête du jeune Dalish. Il rabaissa son arme, plus parce qu'il était perdu que par réelle confiance pour ce … cet homme. A en croire le sceptre qui l'accompagnait, c'était surement un mage. Mais c'était bien un détail pour le moment. Quand il balaya l'endroit où ils se trouvaient actuellement, du regard, il comprit encore moins sa situation. Il était bel et bien dans une cellule ? Mais pourquoi ? Depuis combien de temps ? Qu'avait-il fait de mal ? Il n'en avait aucune idée, strictement aucune idée du pourquoi du comment de son enfermement ? Et ce rêve ? Avait-il vraiment rêvé ? Sa main ne lui fait pas mal ? Et cette lueur verte alors ? Cette femme ? Elle lui avait semblait si réelle qu'il se demandait encore si c'était un rêve… Mais en aucun cas il ne mérite de finir en PRISON !

Il fut extirpé de ses pensées par le bruit métallique d'une clé qu'on introduit dans une serrure en fer forgé. Quelqu'un venait… Il perçut au loin des voix graves qui semblaient appartenir à ceux qui ouvraient la porte. Il allait peut-être pouvoir se défendre, plaider sa cause et se faire libérer mais apparemment le mage ne l'entendait pas de cette oreille. L'emprise de cet homme, dont il ne connaissait même pas le nom, sur son poignet le surpris. Il n'avait pas pu prononcer un seul mot qu'il était déjà bâillonné par sa seconde main tannée par le soleil. Que lui voulait-il à la fin ? Pourquoi ne pas le laissé tranquille ? S'évader ne ferait que conforter ceux qui l'avaient enfermé là dans l'idée qu'il était coupable. Mais il n'était PAS coupable. De quoi que ce soit ! Il n'avait jamais rien fait contre la communauté, au contraire. Même s'il était un Dalish, il n'avait jamais méprisé les hommes qui eux n'avaient jamais été aussi cléments avec lui. C'était une pure injustice ! Il ne faisait que ... Que … En fait il n'avait plus aucun souvenir de ce qu'il faisait dans les environs avant son rêve étrange. Ni des jours précédents … Il avait surement du travail à faire ? Une mission ? Quelque chose ? Pourquoi il était incapable de s'en rappeler ?

Intérêt à se tenir tranquille ? Mais en plus il le menace avec ça ! Non mais pourquoi on est venu l'emmerder dans sa vie !?

Il comprit rapidement que ce mage avait jeté de quoi les dissimuler dans l'ombre. Il observa plus les gardes qui s'étaient introduits dans la cellule que le mage qui lui parlait encore.

Alors c'était vrai.

A en voir leur agitation et les expressions fermés de leurs visages, ils voulaient vraiment en découdre et la nouvelle de la fausse fuite de l'Elfe souleva un tollé, ils comptaient vraiment l'exécuter. Il resta tellement sous le choc que le geste de dégout qui poussa le mage à s'essuyer les mains quand il le lâcha, ne l'interpela même pas. Il tourna lentement la tête pour poser son regarde vert d'eau sur le brun, quand sa voix chaude s'éleva de nouveau. Le faire sortir ? C'était là l'unique solution surement… Il décida enfin de prendre la parole de sa voix légèrement enrouée, comme au réveil.


"Vous suivre sans faire d'histoire … De toute façon entre vous ou eux, j'ai l'impression d'avoir la corde au cou peu importe ce que je décide. Je suppose qu'au moindre faux pas, je me fais tuer alors entre la peste et le choléra …"



Il n'avait même pas la force de clamer son innocence face à un inconnu qui jouait avec le feu et la vie d'un détenu pour une raison surement égoïste.

"Faites moi sortir de là, faites ce que vous voulez, de toute façon je ne comprends pas moi-même pourquoi je suis là." Il vérifia le peu de biens qu'il avait sur lui et hocha la tête vers la sorte. "Allons-y."



Les gardes ne semblaient pas encore avoir prévenu l'intégralité du bâtiment mais des bruits de pas leur provenaientt de l'étage d'au-dessus, il fallait se dépêcher et être les plus discrets possible.

"Vous ne pouvez pas utiliser le même sort que tout à l'heure jusqu'à ce qu'on sorte ? Ca serait plus facile."



Il s'engouffra sans rien dire de plus dans le couloir sombre et humide où filtrait une faible lumière des petites meurtrières présentes sur le mur Est. Eh beh, il devait vraiment avoir fait quelque chose d'ignoble pour être enfermé six pieds sous terre.

DEV NERD GIRL

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
35/100  (35/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Espagne / Antonio le Dim 27 Mar - 3:12


   
Si Antonio disait qu'il s'ennuyait et qu'il était entrain de passer le pire moment de sa vie, ça serait mentir. C'était certes risqué mais cette petite adrénaline, cette sensation dans le ventre, cette tension, ça lui rappelait la première fois qu'il était parti à l'aventure. La libération d'une vie limitée par les lois de politesse et la politique tévintide. Certes la vie y était plus confortable mais rien ne valait mieux que la liberté elle-même. La première fois qu'il avait enfin pris son envol, la première fois qu'il avait été...lui-même. Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire nostalgique qui l'empêcha d'écouter correctement son coéquipier dans leur échappée. Mais quelques mots le firent chavirer vers la vérité à nouveau.
 

▬ «  Vous ne pouvez pas utiliser le même sort que tout à l'heure jusqu'à ce qu'on sorte ? Ca serait plus facile.  »

De un, il avait eu le culot de lui donner des ordres. Il était un mage, pas un petit apprenti sorcier près à exécuter les ordres du dernier venu. Disparaître?Réalisait-il au moins qu'il ne pouvait pas faire ça éternellement?Il venait de le sauver d'un séjour éternel en prison et même pas un merci?Bon certes, il ne faisait pas non plus par pure bonté mais il le faisait quand même et c'était déjà beaucoup pour lui. Énorme même. Mais malgré le petit pic de colère et d'indignation qui le prit, il ne fit aucune commentaire et le suivit. Il grimaçait à chaque grand coup qu'ils entendaient de l'étage du dessus. Si ça leur passait dessus, Antonio pouvait dire adieu à sa parfaite coiffure. Mais surtout à sa vie. Mais dans l'agitation, il lui prit de réfléchir à la situation du côté de Gareth; il devait être perdu. Il n'avait même pas l'air de savoir ce qui s'était passé. Ca lui faisait presque pitié. Mais toujours prudent, comme pris de pitié pour lui, il lui murmure tout bas:
 

▬ «  Je te promets que dès qu'on sera sorti d'ici, je te raconte tout ce qui s'est passé de A à Z. Et j'espère que tu n'es pas du genre à tomber dans les vapes.
 »
Ils montèrent bien vite jusqu'à l'étage du dessus. Mais cette fois-ci, le mage doubla de vigilance. Alors qu'il alla se mettre devant l'escapé de prison pour regarder si la voix était libre, il écarquilla les yeux et se paralysa l'espace de quelques secondes. Une faille de l'Immatériel juste devant la porte menant à la sortie. Et autant dire que la plupart des gardes n'étaient en fait pas occupés à rechercher son petit protégé mais plutôt d'arrêter les démons qui s'en échappaient. C'était triste de voir tous ces gens impuissants mais en même temps c'était leur chance de s'enfuir et ils ne pouvaient pas la rater. Il détailla les alentours jusqu'à ce que son regard se pose sur une fenêtre. Il sortit son sceptre et le pointa vers la fameuse possibilité de sortie avant de s'adresser de nouveau à Gareth:
 

▬ «  C'est notre jour de chance, tu pourras remercier tes copains les démons après si tu veux. Mais bref...Tu vois cette fenêtre?La porte est bloquée par la faille alors on va juste profiter du fait qu'ils soient occupés par les démons pour partir!A ton signal, dès que tu es prêt on court et on s'en va!  »
Alors qu'il l'avait trop lâché du regard à son goût, il se tourna pour détecter une approbation dans son regard, un signe, des mots, n'importe quoi. Puis son regard d'un vert perçant se posa sur la Marque de Gareth avec curiosité. Si cette Marque avait vraiment un rapport avec les failles, elle devait réagir. Il aurait pu directement testé ces pouvoirs ici mais c'était trop dangereux. Jamais les soldats ne les laisseraient régler le problème seul. Même si ils arrivaient à fermer cette faille et à tuer les démons, ils finiraient par se faire enfermer et retour à la case départ. Et c'est tout ce que Antonio ne voulait pas. Il déglutit à cette idée et murmura doucement, avec une once d'inquiétude dans la voix:
 

▬ «  Je te suis...  »

   
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Irlande du Nord/Gareth le Dim 15 Mai - 18:26

Whatever we were before...

Gareth & Antonio

Les bruits étaient de plus en plus prononcés à mesure qu'ils avançaient, on aurait dit autant des bruits de lutte que de cavalcade… Mais personne n'était censé venir le sauver ? Vu qu'il ne connaissait personne et ce n'était certainement pas sa famille qui viendrait le délivrer quitte à braver la loi et les seigneurs présents.  Certainement pas en sachant que Gareth semblait avoir fait le drame du monde… Et s'il avait tué quelqu'un sans s'en rendre compte ? Et si … Non, non il en était sûr, il n'avait rien fait de mal, il n'avait jamais eu ce genre de motivation obscure ni jamais ce genre de pensée. Il sentit un léger picotement dans sa main gauche, comme lorsqu'un membre est endormi, cette même sensation de fourmillement qui vous remonte le long du bras, peut-être n'était-ce que le signe qu'il retrouvait pleinement ses sensations après son sommeil prolongé.
Dans tous les cas ce mage-là n'avait pas l'air vraiment parti pour les faire sortir d'ici par la porte discrète. Il ne savait absolument pas comment pouvait fonctionner sa magie, mais il n'avait pas paru plus que ça incommodé par le sort qu'il avait jeté un peu plus tôt. Il pouvait au moins comprendre que Gareth ne veuille pas se refaire attraper ? Non ? Il l'avait sorti de là, lui non plus ne voulait certainement pas le voir retourner dans sa cellule humide. Beaucoup trop de question se bousculaient dans l'esprit du jeune Dalish, beaucoup trop d'incertitude et de doute et il détestait cette impression, cette impression d'être juste un enfant perdu dans un monde qui le dépasse.

"Tout lui raconter ? Tomber dans les vapes ?"

Alors il avait vraiment fait quelque chose d'horrible ? Assez pour faire tourner de l'œil à quelqu'un ? Mais bon sang ! Pourquoi lui, il n'avait jamais rien fait de palpitant dans sa vie, rien de notable, rien d'extraordinaire – bien un des malheurs de son existence – mais il n'avait pas l'étoffe d'un criminel ! Pourtant toute cette protection et cette cellule sous les combles, les gens qui l'avaient enfermé là, eux, pensaient le contraire.
Gareth ralenti sa marche quand ils arrivèrent à l'étage supérieur. Les mots du mage avaient eu l'effet d'un coup de massue. Ce n'était sans compter sur la scène qui se déroulait à quelques mètres d'eux. Il saisit son poignet gauche en sentant la douleur dans sa main devenir de plus en plus forte, c'était comme dans son rêve, c'était la même brûlure mais son regard lui ne pouvait pas se détacher de la faille qui s'était ouverte et qui laissait sortir démons après démons qui se jetés dans la mêlé contre les pauvres gardes impuissants qui tentaient avec leur petit effectif de les repousser. Il marcha quelques pas dans leur direction en oubliant la marque dans sa main qui réagissait au rythme des pulsassions de la faille.

«  C'est notre jour de chance, tu pourras remercier tes copains les démons après si tu veux. Mais bref...Tu vois cette fenêtre? La porte est bloquée par la faille alors on va juste profiter du fait qu'ils soient occupés par les démons pour partir! A ton signal, dès que tu es prêt on court et on s'en va!  »


Partir ? Comment ça ? Et les laisser se battre sans les aider ? Mais ils avaient clairement besoin d'aide, avec ses pouvoirs de mage il pouvait très certainement fermer cette brèche ! Le Lavellan réfléchit à toute allure. Il n'avait que sa dague pour se défendre, une arme bien moindre face au pouvoir d'un démon. Ils pouvaient certainement les aider ? Son regard bleu-vert se perdit dans les couloirs avoisinant à la recherche d'arme ou de possible renfort mais rien. Il tourna enfin la tête vers le brun, le regard paniqué.

«  Je te suis...  »

Il voulait sortir, c'était indéniable, le mage lui offrait une sortie définitive alors pourquoi il hésitait ? Il ne connaissait même pas l'endroit où il se trouvait, et ces gardes l'avaient enfermés sans tout autre forme de procès.

"Vous êtes sérieux ? On va vraiment les laisser se demerder avec ces démons ? Et arrêtez avec vos insinuations ! Je n'ai rien à voir avec ça, je ne sais pas invoquer quoi que ce soit, je sais à peine vous parler de démon ! Ca là ! Ce n'est pas de mon fait !"

Bordel ce que sa main lui faisait mal là. Il voulait savoir ce qu'il se passait ici et lui là, il lui avait assuré qu'il le ferait.

"Si je vous suis… Vous avez donné votre parole de tout me dire, vous avez intérêt à le faire … Et si jamais je me rends compte que vous n'êtes pas honnête je reviendrai ici de mon propre chef pour m'occuper de ça."

Gareth resta encore un moment à hésiter, c'était bien contraire à ses principes d'abandonner quelqu'un dans le besoin derrière lui, mais là, dans cette situation, il manquait cruellement de courage et surtout de réponse à ses questions. Il ouvrit donc le chemin vers cette fenêtre pour se glisser dehors. L'air extérieur l'accueillit avec sa moiteur et sa chaleur, l'entrée principale et les démons qui continuaient d'affluer attirés toutes les attentions et plus aucun garde n'était à son poste autour des remparts, la fuite était toute tracée. Le duo atypique pouvait maintenant sortir de l'enceinte du château en toute discrétion. Après avoir laissé le château, le fort ou peu importe derrière eux, à l'écart du regard de la ville, Gareth s'arrêta, il n'en pouvait plus de fuir. Il observa sa main qui ne tressautait plus sous la douleur… Par quel tour de passe-passe il s'était trouvé avec une marque sur la main, des démons et un mage sur le dos ? Un hors-la-loi. C'était très clairement son titre maintenant.
Eh bah … Il n'avait pas intérêt à remettre les pieds chez lui comme ça. Il voulait de l'aventure ? Mais pas autant… Il attendait surtout maintenant d'entendre ce qu'avait à dire le mage.


DEV NERD GIRL

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
35/100  (35/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Whatever we were before, we are now the Inquisition. [Ft. Espagne / Antonio]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum