Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Portugal / Vicente le Sam 5 Mar - 18:55



DOSSIER MEDICAL


• Nation représentée : République Portugaise.
• Nom et prénom : Vicente Selva Carriedo.
• Âge : (Age apparent) 23 ans.
• Date d'anniversaire : 10 juin.
• Sexe : Masculin.
• Poids : 70 kilogrammes.
• Taille : 1 mètre 76.
INFOS



RENSEIGNEMENTS 


• Vous projetez vous mieux dans des mondes imaginaires ou dans le passé ? :
Aussi bien dans les deux.
• Avez vous une peur particulière ? :
Que les morues disparaissent. Perdre son frère ou tout autre personne proche de lui.
• Avez vous un objet fétiche ? :
Ses rubans de différentes couleurs, qu'il garde dans sa table de chevet. Il en attache un chaque jour dans ses cheveux pour les faire tenir en queue de cheval.
• Que faites vous principalement durant votre temps libre ? :
Il lit, il fait du sport, et réfléchit beaucoup pour essayer de retrouver des fragments perdus de lui-même. S'il peut, il aime aussi faire de la musique.
• Avez vous des talents artistiques, sportifs ou techniques ? :
Il aime le sport et en fait dès qu'il peut. Il est également très bon en cartographie et en orientation.
• Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement ? :
Le béton. La mer et l'eau en général, la nourriture d'où qu'elle vienne sur Terre, le football, l'alcool et la musique, surtout la guitare.
• Qu'est-ce qui au contraire peut vous rebuter ? :
Les bagarres qui ne le concernent pas, qu'on confonde portugais et espagnol.






Vicente représente le Portugal et les portugais ce ne sont pas des gars fins. Physiquement parlant bien sûr. C'est un gaillard bien bâti, avec des os solides et des épaules larges. Il n'est pas particulièrement grand, quoiqu'il dépasse la moyenne avec son mètre soixante-seize, et ses soixante-dix kilos sont tout en muscles. Il prend soin de lui, et le sport est chose quotidienne chez l'ibérique. Que serait-il sans le sport ? Pas grand chose, et ça se voit par son physique. Pas de poignées d'amour, plutôt des tablettes finement dessinées par son entraînement. Cependant, il ne faut pas oublier que les ibériques et surtout les portugais ont tendance à être plutôt... velus. Et Vicente ne fait pas exception. Il n'est pas un ours ambulant puisqu'il fait attention à lui, mais il suffit qu'il retire les premiers boutons de sa chemise pour confirmer sa pilosité. A ces demoiselles de voir si cela leur plait ou non, n'est-ce pas ?

Peau mate, cheveux bruns, yeux verts, Vicente a tout du parfait latin. Ses traits marqués lui donnent le  sourire sincère et chaleureux que savent si bien faire les ibériques lorsqu'ils vous accueillent chez eux mais son visage peut également exprimer la plus profonde haine qu'il est capable de vous adresser. Expressif ? Pas qu'un peu, et il le sait bien. Depuis son arrivée à l'institut, Vicente a encore plus de mal qu'avant à masquer ses humeurs et les laisse maintenant paraître sans plus essayer de les cacher ; vous le verrez rarement afficher un visage neutre. Il faut cependant noter que le vert profond de ses yeux, lui, ne trahit pas les émotions de son porteur, sauf lorsqu'elles sont intenses, comme la haine ou l'amour. Que serait donc l'ibérique s'il ne pouvait pas montrer son attachement aux gens ?
Parlons donc de ses cheveux. Bruns et lui arrivant au milieu du dos, il les attache toujours une queue de cheval basse pour les tenir en ordre. Ondulés voire frisés selon les moments et l'humidité, il est obligé de les attacher au moins lorsqu'il dort s'il ne veut pas ressembler à un mouton le lendemain. Par habitude, il les garde attachés la journée et les seuls moments où l'on peut le trouver avec les cheveux défaits sont pendant ses douches -et il ne vaut mieux pas qu'il se rende compte que vous venez l'observer dans ces moments là-  ou lorsqu'il s'apprête à satisfaire l'une des ces demoiselles... Ou de ces messieurs, après tout on ne sait jamais.

Si le style vestimentaire que peut porter Vicente vous est inconnu, ils suffit de se dire qu'il aime les habits dans lesquels il est à l'aise avant tout. Un simple t-shirt ou un pull avec un pantalon très simple font très bien l'affaire. De préférence, il aime tout ce qui est coloré, notamment le vert, sa couleur préférée et de loin. Parfois pourtant, il s'habille tout de noir mais cela correspond surtout aux périodes où il se sent triste. Depuis son entrée dans l'institut, sa tenue préférée reste sa veste de style aviateur rouge, accompagnée d'un t-shirt foncé et d'un pantalon marron. Simple, coloré et pratique à enfiler tous les matins. Pour attacher ses cheveux, il possède différents rubans. Un vert, un rouge, aux couleurs de son drapeau ou de celui de son frère... Il en possède plusieurs et remercie bien son pays de l'avoir envoyé ici avec au moins toute sa réserve de rubans. Et bien qu'un ruban soit loin d'être pratique pour faire des nœuds, c'est devenu une obligation chez Vicente de les utiliser eux et pas un chouchou ordinaire : Ibérie lui avait offert une partie de ces rubans, et désormais c'est un de ses plus chers souvenirs d'elle. Ne vous avisez pas d'y toucher.


Le meilleur moyen de décrire efficacement Vicente reste encore d’expliquer comment il a acquis son caractère avec le temps. Le Portugal est une vieille nation, parmi d’ailleurs les plus anciennes d’Europe, et son histoire est loin d’être pauvre. Son caractère n’a pu rester le même au fil des siècles, et l’institut et les médicaments qu’on le force à prendre l’ont rendu encore différent.


Le premier point sur lequel il est impossible de ne pas passer est son caractère bon vivant et fêtard. Pour le coup, ce côté-là n’a jamais changé chez lui. Il aime la musique, l’alcool, la bonne bouffe, le fado, le football, et bien sûr les femmes. Que ce soit après une grande traversée sur la mer, après une bataille ou simplement à l’occasion d’une des fêtes traditionnelles de son pays, il est toujours prêt à inviter ses amis et passer un bon moment avec eux. Depuis son arrivée dans l’institut, il rêve d’ailleurs de s’amuser ainsi ne serait-ce qu’une fois afin d’oublier toutes ses pensées noires qui l’envahissent quant à son avenir.
Lui, autrefois si puissant sur la mer grâce à ses colonies et son or, n’est désormais plus qu’une des nations les plus pauvres d’Europe. Il ne cesse de se demander s’il ne risque pas de disparaitre, à force d’attendre et de tourner en rond ici. Comment va son pays ? Ses amis ? Comment son nouveau gouvernement, qu’il n’a pas eu le temps de connaître avant de partir, gère-t-il tout cela sans son aide ? Certes il avait tendance à s’interposer dans certaines décisions, l’ibérique reste persuadé d’avoir tout fait au mieux dans son pays. C’est dans un questionnement permanent qu’il se demande désormais si la récompense pour avoir fait tout cela est donc de s’être fait renvoyer de chez soi pour se retrouver ici.

Même s’il a tendance à chercher l’amitié avec les gens qu’il ne connait pas, il en faut cependant peu pour basculer de la case « ami » à « ennemi ». Ce n’est pas pour rien que le Portugal, au départ si amical avec les autres pays, s’est vu devenir si violent lors de la conquête des Amériques. De même, si au départ l’animosité n’était pas très grande entre Vicente et son frère espagnol, leurs liens sont rapidement devenus bien plus tendus. Il reste cependant une sorte de grand frère et ne supporte pas que l’on touche à Antonio. Autrement dit, seul lui possède le droit de réellement s’en prendre à lui. Souvent pas très tendre surtout depuis qu’il a appris que son frère était dans l’institut de son plein gré, il tente tout de même de le faire revenir à la réalité. Cependant, troublé par les médicaments, parfois perdu dans son passé ou un quelconque univers, il ne s’y prend pas toujours de la même façon : quelques fois il se montrera très violent et incapable de se maîtriser, d’autres fois il sera encore plus attentionné qu’une mama portugaise.
Niveau amitié cependant, il arrive encore à faire la part des choses pour la plupart des personnes. Son meilleur ami Arthur reste son meilleur ami, et il se sentirait vraiment mal s’il se mettait à avoir des crises sur lui comme avec son frère. Une sorte de peur de lui-même s’est installée en Vicente, qui lui rappelle sa période de conquête sanglante. Oh, il aimait l’or que cela lui apportait, la notoriété et l’influence que ses colonies lui offraient, mais ici il ne retrouve que la violence. Lui, devenu si calme ces derniers siècles, se retrouve de nouveau en plein orage intérieur. Chose qui n’a cependant jamais disparu mais qui se fait mieux voir depuis qu’il est ici, son opportunisme. A l’instar de son ami anglais, il a tendance à retourner les situations en sa faveur et à ne s’intéresser aux conflits que s’il y voit un quelconque intérêt. Sinon, aucune chance de le voir chercher la bagarre… sauf s’il se croit dans un autre monde ou revenu des siècles en arrière. Complètement instable mentalement, c’est donc un Vicente nerveux et opportuniste que vous pourrez croiser dans les couloirs de l’institut.



• Pseudo : Casabianca
• Age : 17 piges
• Depuis combien de temps RP vous ? 4 ans
• Comment avez vous trouvé ce forum ? : Par les admins et un certain espagnol. ♥
• Code du règlement : Validé
• Des commentaires ? C'est beau. Quoi d'autre ? C'est beau putain. Et puis le contexte, c'est pile ce que j'aime sur les forums : du feelz, de la torture mentale de perso, mais des moments de joie possible quand même.  ♥
Et toi ?



"Ce n'est pas parce que l'oiseau est en cage que cela l'empêche de chanter"





Histoire


DOSSIER DU PROGRAMME « INSTITUTO »





[Extrait du rapport de la réunion gouvernementale du 10/12/2015]


« Le gouvernement a aujourd’hui pris la décision d’envoyer la Nation Portugal à l’institut spécialisé aux Etats-Unis d’Amérique. La Nation n’a pas encore été mise au courant et l’information lui sera transmise une fois le transfert organisé. […] Suite au vote pour savoir s’il fallait prendre des mesures radicales si la Nation refusait et opposait une résistante, il a été accepté d’utiliser une drogue afin de l’endormir. […] La proposition d’aller à l’institut par vol direct par bonne volonté […] lui sera proposé dans la quinzaine venant. »




[Rapport du membre du gouvernement chargé de communiquer l’information à la Nation, daté du 20/12/2015]

« Il semblerait que la Nation refuse de croire que le problème du pays vient d’elle, et refuse donc d’aller à l’institut. […] Si elle persiste, les mesures prévues le 10/12/2015 seront opérées malgré la réticence d’une minorité de personnes influentes. Le transfert sera effectué avant le premier janvier 2016 afin de ne pas perturber plus longtemps le pays. »





[Extrait d’un journal, rédigé sur feuilles volantes retrouvées dans la chambre de la Nation. L’écriture est très soignée, penchée, tout est visiblement rédigé à la plume ou au stylo-plume.]


20/12/2015


Mon gouvernement a laissé émettre l'idée de m'envoyer faire une "cure" aux Etats-Unis. Je n'ai aucune idée de ce dont il s'agit réellement mais je ne compte pas y aller. Je vais rester chez moi, à Lisbonne, tranquillement. Pourquoi je devrais aller en cure ? Je vais très bien, tout comme mon pays... Il y a la crise, mais c'est pareil partout maintenant. Et encore, on est en train de s'en relever. Pourquoi je devrais partir ailleurs ?

Je suis allé au foot aujourd'hui, puis on a bu un peu de Ginja avec les copains et je suis rentré. Journée normale, si ce n'est cet appel du gouvernement. Lorsqu'ils m'ont demandé si je voulais bien y aller, j'ai bien sûr dit non. Qui accepterait d'être envoyé aux Etats-Unis seulement sous prétexte d'être une tare pour son peuple ? Depuis quand une nation peut être néfaste à son pays ? Je n'y crois pas. Je ne comprend pas ce qu'il se passe mais ça ne me plait pas. Il faudra que je voies si d'autres nations ont eu ce genre de proposition. Peut-être mon idiot de frère... Mais il serait assez stupide pour accepter. Je l'appellerais dès demain, pas question qu'il se laisse entraîner là dedans.


21/12/2015


Mon idiot de frère n’est déjà plus là. Il est partit à l’institut et on veut me faire faire de même. Pourquoi a-t-il accepté sans aucun soucis ? Je ne comprends pas. Mais je ne vois pas comment le sortir de là-bas, et surtout il n’est pas le seul. Les autres ne se battent donc pas pour rester chez eux, ils acceptent d’aller aux Etats-Unis si facilement ? Pas question que je me laisse faire si on m’y force.





[Conversation téléphonique entre la nation et son gouvernement. La nation parait fatiguée, mais sa voix laisse clairement paraître son agacement. Note : la conversation se coupe d'un coup. Monsieur le Président Cavaco Silva a raccroché. La nation a tenté de rappeler, mais Monsieur le Président n'a pas décroché.]


- Président ?
- Vicente, tu sais que tu peux venir me voir directement dans mon bureau.
- Je n'ai aucune envie de vous voir directement. Je ne sais même plus si je peux vous faire confiance. Vous ne m'avez pas parlé de cet institut et vous m'aviez caché le départ de mon frère...
- C'est pour votre bien. A toi, ton frère, et toutes les nations ?
- Vous comptez tous nous y envoyer ?
- Je ne décide pas pour les autres pays.
- Et pourquoi m'y envoyer ?.. Vous pensez réellement que je représente un problème pour notre beau pays ?
- Je t'ai dit que c'était pour ton bien.
- Vous me dégoûtez.
- Ton transfert se fera dès demain.
- Je refuserais.
- Et bien refuse. Mais c'est déjà prévu. Pardonne-moi, Vicente, mais je dois faire passer l'intérêt du pays avant le tiens. Je dois te laisser, j'ai un rendez-vous.
- Dites-moi au moins qui vous a dit des conneries pareilles !"


[Rapport du 31/12/2015. Exemplaire original conservé à l'institut.]

« La Nation Portugaise a bien été transférée. Devant son refus, un sédatif lui a été administrée. Elle s'est réveillée dix heures plus tard dans l'institut, en bonne forme malgré une immense colère. Aucun soucis notable. »

[Discussion enregistrée par les caméras de surveillance, le 07/02/2016. Elle montre la Nation Portugaise en compagnie de la Nation Espagnole. On les voit discuter, la Nation Portugaise perdant son calme avant de partir rapidement en ayant poussé la Nation Espagnole.]

- Hermano !
- Antonio ? C'est toi ?
- Hermano ! Tu es arrivé ! Toi aussi tu es là pour que ton pays aille mieux ?
- ... Me dis pas que tu y crois ?!
- Mais c'est ce qu'on m'a dit et--
- Tais-toi ! T'es toujours aussi con ou quoi ?!
- Mais hermano...
- Irmao, laisse-moi tranquille, j'ai pas envie de te faire du mal encore une fois.
- Mais...
- Barre-toi !
"Écoute le conseil des autres et suit le tien"


Dernière édition par Portugal / Vicente le Dim 20 Mar - 12:01, édité 29 fois
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
40/100  (40/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Espagne / Antonio le Sam 5 Mar - 19:08

fUCK je voulais être first :'c

Bref bienvenue quand même à toi *sparkles*
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
12/100  (12/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Angleterre / Arthur le Dim 6 Mar - 0:19

Oh oui. Bienvenue. OH OUIIII. Crazy
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Portugal / Vicente le Lun 14 Mar - 10:54

Merci pour l’accueil 8D

Je pense avoir fini ma fiche /o/ Si y'a des modifications à faire, aucun soucis ♥.
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
40/100  (40/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Staff le Lun 14 Mar - 19:02

Nous te souhaitons la bienvenue parmi nous !



Avant ta validation nous aimerions soulever deux petits points :

-En ce qui concerne la sédation au chloroforme cela devrait être un peu compliqué. Déjà cela ne se passe pas comme dans les films en fait- et le chloroforme ne s'administre pas par une quelconque injection comme tu semble l'écrire. C'est une simple maladresse, je te laisse éditer ça pour remplacer le chloroforme par un sédatif.

-Pour ce qui est du fait qu'il soit "Complètement instable mentalement", au vu du contexte nous te l'accordons cependant attention ! Nous aimerions éviter l'excès et le "grobilisme" essaye donc de mesurer ses sautes d'humeurs en ChatBox ou dans ce cas justifies-les par des arguments plus convaincants que "non mais c'est qu'il est instable mentalement". En cas de débordement nous n'hésiterons pas à intervenir, mais on te fait confiance pour ne pas en arriver là.

Ta fiche est validée, tu intégreras le groupe Ancolie, et tu iras donc dans l’aile n° 1,chambre n°2.

Ton nombre de crédits s’élève à présent à 10
Ta jauge de conscience est de 15%

Tu dispose donc également de 8 Univers Alternatifs et 1 Période Historique à choisir parmi ceux disponibles.

Tu peux dès à présent errer dans l’institut, commencer à rp et passer en chatbox. Mais tu peux aussi commencer ton Journal de Bord, ainsi que rédiger ta Fiche de Relations.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien à Hetalia : Beyond Insanity.

avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Portugal || Quando uma porta se fecha, há sempre uma janela que se abre. ||

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum