Et que le sort nous soit favorable... | Ft.Angleterre (dit, le con)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et que le sort nous soit favorable... | Ft.Angleterre (dit, le con)

Message par France / Francis le Mar 23 Fév - 21:20

Et que le sort nous soit favorable...
Hunger Games AU
Environnement général : Univers d'Hunger Games. Francis est tribu du district 1 et se trouve actuellement dans l'arène, au niveau de la corne d'abondance. L'arène ressemble grossièrement à ceci.
Âge : 18 ans
Physique : Il a l'air un peu plus jeune que d'habitude, mais sinon il n'y a pas de changement notable.
Mental : Francis est dans cet univers un peu plus froid. Etant du district 1 (spécialisé dans le luxe), il a été entraîné pour participer aux Hunger Games même s'il a eu l'espoir de ne jamais y participer. Ainsi, son mental s'en est retrouvé un peu affermi (mais franchement, ça reste un "trouillard"). Par contre, il sait se battre, eh oui !
Armes en sa possession : Aucune pour le moment.
Vêtements : Il porte une sorte de combinaison comme ça.

•••

« Joyeux Hunger Games, et puisse le sort vous être favorable ! »

La voix d'Arlystie, son hôte, raisonnait encore dans son esprit, tandis que le tuyau l'emmenant dans l'arène remontait progressivement. Puis il s'arrêta. Il était à son emplacement. Il était là aux yeux de tous : des autres tribus, des districts et du Capitole. Son regard se leva et se porta sur son environnement. Les autres tribus étaient là elles aussi et tout le monde était placé en arc de cercle autour d'une sorte de corne remplie de caisses, d'armes et de sacs. C'était la corne d'abondance.

Il put observer à sa droite l'autre tribu de son district, une jeune fille de quatorze ans et qui pourtant était déjà très douée. Le plus horrible, c'était de voir qu'elle n'était pas la plus jeune. Francis pouvait voir que, même si le nombre de filles et de garçons était égal, les âges eux, variaient énormément. La plus jeune tribu venait du district 11 et ne semblait qu'avoir tout juste douze ans, l'âge légal pour commencer à être tiré au sort à la moisson pour participer à ces "jeux de la faim".

Lui en avait dix-huit et n'avait jusqu'ici jamais été tiré au sort dans son district puisque chaque année, il y avait toujours au moins un volontaire. Mais cette année, il n'y en avait pas eu...Et dix-huit correspondait à la dernière année de malheur avant d'être délivré de cette incroyable angoisse que l'on ressentait lors de la moisson. Quand son nom avait retentit, il avait cru s'évanouir. Ses parents, pourtant, étaient fiers. Fiers de voir leur fils se battre aux yeux de tous....Fiers de voir leur fils envoyé à la mort. Après tout, on les entraînait et cela depuis leur plus tendre enfance pour devenir tribus aux Hunger Games. Mais il n'avait jamais pu s'y faire, il avait toujours trouvé ça sanglant. Mais voilà que lui, Francis Bonnefoy, fils d'une très grande famille spécialisée dans les parfums de luxe, allait participer aux jeux le plus sanglant de Panem. Il aurait préféré rester chez lui et vivre sa vie tranquillement comme il l'avait toujours fait. Il aurait voulu rester dans sa chambre et ne pas avoir à regarder la télévision non plus...Mais voilà, il n'était pas question de regarder les jeux de la faim, il était question d'y participer et de tout faire pour survivre. A tout prix.

La boule au ventre, tandis que le décompte de soixante secondes se mit en marche, mille pensées lui passèrent par la tête. Que devait-il faire ? Foncer vers la corne d'abondance ou fuir ? Il devina facilement que les tribus du district 1 et 2 allaient se précipiter vers cette dite corne et que les spectateurs espéraient qu'ils fassent de même...
Et ils n'avaient pas tout à fait tort.
Il ne tiendrait pas longtemps sans boire ni manger et même sans arme. Il ne pouvait pas s'enfuir. Il était devant le fait accompli.
Tout à coup, tout ce qu'il avait vécu après le tirage au sort lui sembla loin : la découverte de son mentor, le voyage jusqu'au Capitole, les stylistes, le défilé et les interviews. Tout semblait loin...Tout semblait si irréel. Comme tout ce qu'il vivait.

Le compteur arriva à zéro.

Et il courut vers la corne d'abondance, du plus vite qu'il pouvait. Ses cheveux long attachés flottaient au vent tandis qu'il continuait à toute vitesse, le souffle court, ne faisant pas attention aux autres tribus. Il s'élança à l'opposé de certains adolescents qui prenaient déjà la fuite dans la forêt. Une fois dans la corne, il prit vers un sac à dos et une ceinture avec une dizaine de couteaux de lancer. Et il se mit à courir une fois de plus, du plus fort qu'il pouvait. Évitant quelques autres tribus et quelques premiers massacres sanglants.

Mais on lui barra la route. Un jeune homme du district 12, une hache à la main, leva cette dernière vers Francis.
Trop tard.
Le blond lui avait déjà asséné un couteau entre les deux yeux.
Sa première victime tombait au sol.

Et Francis courut, loin d'ici, le cœur lourd.
Ft.Arthur - Arène du Capitole - Panem - 1er jour


avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
57/100  (57/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et que le sort nous soit favorable... | Ft.Angleterre (dit, le con)

Message par Angleterre / Arthur le Mar 23 Fév - 23:31

Environnement général : Univers d'Hunger Games. Arthur est tribu du district 2 et se trouve actuellement dans l'arène, au niveau de la corne d'abondance.
Âge : 17ans.
Physique : Il a l’air plus jeune, surtout de visage, et plus musclé et en bonne condition physique, il n'est pas plus grand qu'1m75.
Mental : Il est arrogant et fier de lui, étant élevé depuis toujours dans le District 2, il est un tribut de carrière et a donc vécu en tant que tel. Il n’a que la victoire en tête, et écraser les autres pour devenir la fierté de sa famille et de son district.
Armes en sa possession : Aucune pour l’instant.
Vêtements : Il porte ce genre de vêtements ici.

ft.
BONNEFOY Francis
«  Et que le sort nous soit favorable... »
Hunger Games UA
Son sang bouillonnait dans ses veines, son cœur tapait dans sa poitrine, ses mains tremblaient légèrement, les sons étaient comme éteints tout autour de lui, alors qu’on lui dictait les dernières choses à savoir, les indications de dernière minutes. Alors que la peur tordait les tripes de la plupart des enfants dans son cas, lui, il était impatient, il attendait que tout cela débute enfin. Le doute n’avait plus sa place à présent, les dés étaient lancés, et seraient favorables il en est sûr, impossible d’avoir fait tout ça pour mourir tout simplement.
Lentement il s’élevait dans ce tuyau, la tête droite, le regard fixé sur la structure métallique derrière cette vitre, qui défilait.

La vie entière d’Arthur n’avait été dédiée qu’à une chose, remporter les Hunger Games, être vu comme un héros, enfin être reconnu et idéalisé, que son nom soit prononcé à travers tout Panem mais surtout dans le Capitol. Il aspirait à de si grandes choses depuis si longtemps, l’entraînement qu’il faisait tous les jours allait enfin porter ses fruits.
Son corps qui se construisait petit à petit, ses muscles se dessinaient, alors qu’il apprenait à manier toutes les armes possibles, ayant quelques préférences, plus à l’aise avec certaines, se sentant bien plus capable de tuer avec facilité. Sa vie n’était plus que dédiée à l’accomplissement de soi aux Hunger Games, à la réussite dans le sang et le massacre. Tout ça pour amuser la foule au Capitol, égayant chaque année ces meurtres perpétués par de jeunes personnes.
Créant tout un spectacle autour, des défilés, des discours, des favoris, qui étaient comme chaque année le District 1 et le Disctrict 2.
Cette année grâce à lui son District va obtenir la victoire, il compte bien ramener les honneurs, la fierté.
Comme presque chaque année dans son District, les tribus se portent volontaire, et cette année, c’était à Arthur Kirkland de briller, de se lancer dans ces jeux de la mort, avec une grande fierté, heureux de finalement se sentir capable d’y participer et de gagner.
Depuis son jeune âge son destin était déjà tout tracé, participer aux Hunger Games quand il serait suffisamment fort et entraîné, il aiderait par la suite à entraîner les futurs Carrières, ou si cette possibilité ne s’était malheureusement pas offerte à lui, il serait devenu un Pacificateur, pour maintenir l’ordre à travers Panem.
Sa vie n’était destinée qu’à tuer, à écraser une domination du plus fort, de par sa position et sa chance d’être né dans un District plus chanceux que d’autres. Une vie de violence et de massacre, qui ne le dérangeait pas, ayant grandi dans ce milieu depuis toujours, tout lui semblait normal.

Une fois arrivé en haut, d’un regard circulaire le blond devina chaque district, la forêt tout autour d’eux et qui leur permettait un repli, et ce qui était le plus convoité par la plus part, la corne d’abondance. C’était ici que tout était regroupé, ce qui déciderait de l’avenir pour la plupart.
Il devait à tout prix se procurer des armes, et parvenir à tuer le plus de personnes faibles qui pensent avoir une chance en se jetant sur les armes, ce moment fatidique ou la plupart des tribus connaîtraient une mort violente à n’en point douter.
A sa gauche se trouver une jeune femme, la deuxième tribu de son District, âgé seulement d’un an de plus, elle était terriblement forte, et à craindre, elle allait se battre pour la même chose qu’Arthur.

Le décompte commença, peut-être que tout cela n’était qu’un horrible songe, que toutes ces choses n’existaient pas, que tout ce qu’il allait vivre étaient irréelle, mais le décompte afficha zéro.
Ce zéro qui allait changer la vie du jeune Arthur Kirkland à tout jamais.

De toutes ses forces il s’élança dans la direction de la corne d’abondance, là où la plupart des armes se trouvaient, surtout celles qu’il convoitait. Sa respiration commençait à s’alourdir, à produire ce goût désagréable que l’on a dans un effort trop intense, mais son regard était décidé et rivé vers l’avant, vers son objectif.
Certains tribus étaient partis dans la direction opposée, mais les Carrières étaient eux, tous réunis à la corne d’abondance. Dans un élan, Arthur attrapa une machette et un sac à dos qu’il enfila en vitesse seulement sur une épaule, sa machette qu’il tenait fermement des deux mains.
Tout se déroulait si vite, la réflexion n’était plus permise, tout devait être immédiat, ou alors sa vie en dépendait, et il ne pouvait mourir si vite, là où ces pauvres tribus sans entraînements connaissaient une fin tragique.
Déjà des cris d’agonie se faisaient entendre à peine plus loin de là où il se trouvait, en se retournant il se retrouva face à une jeune fille, peut-être même pas treize ans, du District 10, qui tenait simplement un bâton en métal dans une main. S’élançant avec violence vers elle il assena un grand coup rapide de machette directement sur son crâne, sans même hésiter, ou ressentir une quelconque pitié. C’était elle ou lui, et le choix avait été pris très rapidement.

Un garçon du même âge que lui se jetait contre lui ce qui lui fit perdre l’équilibre et tomber au sol, dans un duel de force il parvient à le faire rouler, pour pouvoir l’attraper et frapper avec violence sa tête contre le sol, récupérant sa machette il lui donna un grand coup dans la gorge pour s’assurer que ce tribu du District 7 ne lui poserait plus jamais aucun soucis.
Le blond déjà tâché de sang, se redressa en vitesse, pour récupérer son sac à dos, et courir à toute vitesse vers la forêt pour s’y abriter, et y retrouver sa partenaire de District comme c’était convenu entre eux, et parvenir à retrouver les tribus du District 1 pour former une alliance face aux plus faibles. Chose qu’on lui avait appris depuis longtemps, et recommandé de nombreuses fois, pour parvenir à écraser le plus de personnes ensemble.
Alliance qui finira bien sûr dans le sang comme le désirent les règles de ces jeux mortels, et du public qui ne demande qu’à être divertis d’une manière si perverse et malsaine..
avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et que le sort nous soit favorable... | Ft.Angleterre (dit, le con)

Message par France / Francis le Mar 28 Juin - 13:20

Et que le sort nous soit favorable...
Hunger Games AU
La nuit commençait à tomber tandis que Francis avait trouvé refuge en haut d'un arbre.

Il n'avait jamais trouvé les jours aussi longs jusqu'à maintenant et cette journée fut sans doute la plus lente et la plus horrible de son existence. Le temps s'écoulait tout doucement, comme pour lui rappeler qu'en une seconde, tout pouvait s'arrêter : sa vision, sa respiration, sa circulation sanguine, les battements de son cœur. Une seconde pouvait sembler si rapide dans son district, la vie y étant si facile mais là, c'était le contraire. Une seconde semblait durer une éternité ; une minuscule infinité dans laquelle il était énormément vulnérable.
Il devait être sous ses gardes en permanence. Ça le rendait presque fou voire paranoïaque. Chaque coup de vent, brindilles qui grincent ou autres bruits superflus étaient un tribut ennemi potentiel.

Sur son arbre, cependant, il se sentait presque en sécurité...

Mais que devait bien penser ses parents en le voyant ainsi fuir ? Tout Panem devait regarder les Hunger Games, soit avec une satisfaction malsaine pour le Capitol, soit d'un air grave pour les districts. On devait sans doute le filmer et tout était retransmis.
Recevrait-il seulement des cadeaux de sponsors ? Un trouillard comme lui venant du district le plus riche et le plus fameux pour préparer les futurs tributs aux Jeux de la Faim ? Qui voudrait parier sur type comme lui à part pour sa beauté ?
C'est vrai qu'il pourrait jouer de ses atouts, après tout...hm...

Il sursauta en entendant retentir l'hymne de panem qui résonnait dans toute l'arène. Il leva la tête et ouvrit légèrement la bouche, surpris en voyant l'écran géant du dôme protégeant l'arène s'allumer. Cet hymne annonciateur de la récapitulation des morts est tout ce qu'il n'aurait pas voulu entendre. A travers les branches, on pouvait apercevoir le sceau du Capitole qui semblait flotter dans les airs. Ce dernier disparut aussitôt pour laisser place au défilé des victimes.
Le premier mort à s'affiche fut un garçon du district 3, ce qui signifiait que ma "partenaire" de district était toujours en vie, grand bien lui fasse. Aucun tribut des deux premiers districts n'étaient donc morts jusqu'ici, sans grande surprise.
Ensuite, on put voir le visage d'une fille du district 4, une autre du district 5, les deux tributs du district 7, un jeune homme du district 9 puis, deux autres du district 10, enfin, le garçon du district 12 que Francis avait assassiné. Enfin, l'écran s'éteignit et l'hymne laissa place au silence pesant de la forêt de l'arène.
Cette journée avait été un bain de sang...

Et cette annonce eut le don de glacer le sang du blond qui ne désirait qu'une chose : rentrer chez lui, au chaud.
Cependant, ses rêves et désirs furent vite écarter pour laisser place à une envie qui lui tiraillait le ventre : il était affamé.
Il ne pouvait pas rester dans son arbre éternellement, c'est donc avec prudence qu'il descendit de celui-ci, couteau de lancer à la main et sac à dos sur lui.
Il fallait chasser désormais.
Il commença alors à s'aventurer prudemment dans la forêt, prêt à asséner d'un coup de couteau n'importe quel animal ou personne s'approchant de lui.

Et c'est avec un réflexe acquit au fil des années qu'il lança l'un de ses couteaux, juste derrière lui, vers la provenance d'un bruit. Il entendit juste un cri sourd puis, aussitôt un bruit de canon.
...Non...
Il se dirigea vers sa cible. Ce n'était pas une bête...Mais le garçon du district 4.
Francis avait tué une fois de plus...
Par chance (si on pouvait appeler cela comme tel), le jeune homme âgé d'à peu près quinze ans avait avec lui un beau sac à dos et une machette et il trouva son bonheur dans le sac : de la nourriture dans des conserves et des cadeaux de divers sponsors.
Pour la première fois, un sourire s'étira sur les lèvres du tribut de carrière. Le malheur des uns faisait finalement le bonheur des autres et il se détestait pour avoir un tel comportement. Mais il était heureux de voir que l'espoir de vivre encore un petit peu de temps subsistait.

Il déchanta très vite quand il entendit se rapprocher ce qui semblait être un groupe vers son emplacement. Il n'eut même pas le temps de faire un pas qu'on siffla dans sa direction. Par réflexe de défense, Francis se mit aussitôt un garde, prêt à tuer si nécessaire.
C'est alors qu'il reconnut l'autre tribut de son district accompagné de deux autres personnes : les tributs du second district.

« Enfin, nous t'avons trouvé Francis...! »
Ft.Arthur - Arène du Capitole - Panem - 1ère nuit


avatar

Fiche personnelle
Jauge de conscience:
57/100  (57/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et que le sort nous soit favorable... | Ft.Angleterre (dit, le con)

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum